Café International

Type de jeu Placement
Calculs
Auteur
Editeur (année) Mattel ()
Nombre de joueurs 2 – 4
Durée de partie De 30 minutes à 1 heure
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – Le comptoir où
il faut essayer de ne pas prendre les plus gros malus,
– La force de dissuasion imposée par les jokers en possession de
vos adversaires,
– La simplicité générale du jeu.
Les – – La pioche de tuiles
en fin de partie, obligeant à aller au comptoir en cas de malchance,
– Le côté très automatique du jeu : on joue à
tout instant le meilleur coup possible,
– Le mauvais goût des certains aspects (illustrations, l’Afrique
est-elle une nationalité ?).
Configuration idéale Certainement 3 ou 4 joueurs pour le fun
Note subjective < 10
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus
de la boîte (46 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Café International a reçu la grande récompense
allemande du jeu (le fameux Spiel des Jahres) en 1989 pour son côté
très familial et néanmoins tactique.

Le but du jeu est d’attabler
des consommateurs de différentes nationalités (à ce propos,
je me demande encore pourquoi l’auteur a choisi ses pays, sachant qu’en compagnie
des français et des espagnols, on y trouve des cubains, des russes et
des… africains ! Oui, des Africains ! Comme si l’Afrique était une
nationalité !!! N’importe quoi et curieux, surtout lorsque l’on voit
que des pays peu représentatifs ont été retenus, alors
pourquoi pas ne pas avoir fait de même pour l’Afrique ?
Le principe est de placer à une même table de 4 places, des consommateurs
autorisés à s’y asseoir, c’est à dire qui respectent les
contraintes suivantes :
– Une ou deux nationalités par chaise,
– A une table donnée, aucune personne seule,
– A une table donnée, l’écart entre le nombre de personnes du
sexe opposé ne doit pas excéder 1.
En fait, il faut à partir de ses 5 tuiles
placées face visible devant soi, essayer de réaliser le meilleur
coup possible, en constituant de grandes tablées et, si possible, d’une
nationalité unique.
En cas, d’impossibilité de jouer à une table, il faut aller placer
une tuile au comptoir du café international. Certains sièges sont
affublés d’un bonus, d’autres d’un malus, et comme ils doivent être
complétés dans l’ordre, il faut tenter de s’octroyer les meilleures
places.
Le jeu s’arrête dès qu’il n’y a plus de places, soit autour des
tables, soit au bar. Eventuellement, la fin de parti est déclenchée
dès qu’il ne reste plus que 4 tuiles dans le sac de pioche ou qu’un joueur
a réussi à ne plus avoir de tuiles devant lui (possibilité
de ne pas refaire sa main à 5 lorsque l’on constitue une table entière
de même nationalité).

Le jeu cible donc clairement
un public familial, dans le sens qu’il est tactique mais pas trop, et que tous
les éléments sont connus de tous (tuiles visibles). Le système
de placement restrictif paraît séduisant, mais, en réalité,
il ne gêne pas trop le positionnement des tuiles, exception faite de la
fin de partie, où le jeu se résume à des coups de bol à
grande échelle : soit vous piochez la tuile qui va bien, soit vous êtes
contraint de rajouter une tuile au bar et de perdre des points. Peu attractif…
Le système de joker, remplaçant n’importe quelle tuile, fonctionne
assez bien surtout qu’il est possible de s’adjuger l’un des jokers déjà
posé dans le café, à condition de placer une tuile qui
convient au même endroit. Cela permet d’économiser un coup en quelque
sorte et de s’ouvrir des possibilités voire de menacer certaines tables
presque nationales.

Un jeu moyen, car trop hasardeux
finalement, mais qui se révèle plaisant durant la première
moitié de la partie. Dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× neuf = 54