Can’t Stop

Type de jeu Prise de risques
Ambiance
Auteur Sid Sackson
Editeur (année) Miro (1981), Franjos (1998)
Nombre de joueurs 2 – 4
Durée de partie De 15 à 30 minutes environ
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – L’ambiance incomparable
autour de la table quand un joueur jette les dés 10 fois d’affilée
et perd…
– La légèreté du principe, source de détente,
– La part non négligeable de tactique et d’influence.
Les – – La répétitivité
des parties (et encore…).
Configuration idéale 3 ou 4 joueurs pour l’émulation
Note subjective 16 / 20
Nombre de parties effectuées Entre 6 et 10
Illustrations Dessus de la boîte de l’édition Franjos (45 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Déniché en brocante, ce jeu n’est pas attirant
du tout au vu de la boîte :
– Grande boîte carrée aux couleurs kitsch,
– Plateau hexagonal en plastique et pions de qualité médiocre,
– 4 dés
, certes jolis, mais des dés
!

Il ne faut pourtant pas
toujours se fier à l’impression offerte par les emballages et le matériel…
Car, sous ses aspects grand public et ringard, ce jeu renferme de très
sympathiques mécanismes :
– Le but du jeu est de réussir le premier à atteindre le sommet
de 3 colonnes, chacune d’entre elles étant accessible via un numéro
de 2 à 12,
– A son tour, le joueur lance les 4 dés et doit les assembler par paire
de 2 pour pénétrer sur le plateau,
– Il peut rejouer s’il le souhaite, mais s’il ne parvient pas à revenir
dans l’une des 3 colonnes où il s’est déjà implanté,
il perd et ne gagne aucun bénéfice…
– Toute la saveur du jeu tient dans la capacité de chacun à savoir
s’arrêter au bon moment, ce qui permet de laisse des pions de sa couleur
sur le plateau, ce qui explique le sous-titre de la boîte : « Jusqu’où
voulez-vous pousser la chance ? ».

Bien entendu, avec ce type
de jeu, il ne faut pas s’attendre à des prouesses stratégiques,
mais d’un point de vue tactique, il est étonnant ! Un joueur n’aura,
en effet, que peu de chance de gagner s’il ne réfléchis pas, de
temps à autre.
Toutefois, comme le dit Bruno Faidutti sur son site, c’est un jeu de calcul
de probabilités qui finit toujours par virer à un jeu de dés
impulsif où la bravoure de certains a tendance à rester dans les
mémoires !

Un excellent jeu d’apéro, comme l’on dit,
ou de dimanche après-midi en famille.

Can’t Stop version FRANJOS
Dans cette version rééditée et disponible
actuellement, le jeu est strictement inchangé, à l’exception d’une
quantité moins importante de jetons colorés. Ainsi, il semble
qu’il ne soit pas permis de se positionner dans toutes les colonnes chiffrées,
ce qui bien sur n’aurait que peu de sens, mais ce que la première version
n’interdisait pas malgré tout.
Le matériel est plus classe, avec un tapis en une matière plastissu
(joli le mot… non ?), et des jetons de bois colorés pour marquer les
niveaux atteints par les joueurs dans les colonnes. Les marqueurs blancs de
positionnement temporaires sont ici remplacés par des totems de bois
verts (un peu comme celui de Jungle Speed), dont on peut seulement se demander
pourquoi ils ne sont pas d’une couleur neutre, sachant que le vert est également
la couleur de l’un des joueurs.
Le thème du jeu, parce que là, oui, il y a un thème, est
l’escalade. Chaque joueur doit donc, à chaque fois, prendre le risque
de monter toujours plus haut ou de s’arrêter en marquant les niveaux atteints
à l’aide de ses jetons.
En résumé, cette version n’apporte rien de neuf au jeu d’origine,
mais elle comporte quand même un gros avantage : elle est disponible dans
le commerce !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


un × = 7