Die Neuen Entdecker

Type de jeu Placement
Construction
Auteur Klaus Teuber
Editeur (année) Kosmos (2001)
Nombre de joueurs 2 – 4
Durée de partie De 1,5 à 2 heures
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – La qualité du
matériel,
– La gestion de son argent : tirer le dé rapporte une pièce
de plus à vos adversaires !
– La multiplicité des objectifs et la richesse des stratégies
qui en découle.
Les – – Le placement mécanique
des éclaireurs à chaque tour,
– La non-nécessité de prendre le risque de poser plusieurs
tuiles à chaque tour,
– La part d’aléatoire non négligeable.
Configuration idéale 3 joueurs
Note subjective 16 / 20
Nombre de parties effectuées Entre 6 et 10
Illustrations Dessus
de la boîte (19 Ko)

Partie en cours (136
Ko)

Partie en cours
(55 Ko)
Aides de jeu Résumé individuel du tour de jeu et répartition des tuiles (163 Ko)

Critique générale
Ce jeu, certes un tantinet hasardeux, est à mon avis
excellent pour initier de nouveaux joueurs au monde des jeux de société
tels que nous l’entendons.

Il combine des mécanismes
nombreux et ingénieux que tout joueur régulier reconnaîtra
et aura plaisir à mettre en œuvre :
– Hasard du tirage ou achat de la tuile souhaitée (prix en rapport…),
Placement des tuiles si celui-ci est possible,
– Prise de tuiles événements heureux ou malheureux (avec point
d’interrogation),
Possibilité de
dépenser presque autant que l’on veut, mais on alimente les autres joueurs
avec 1 pièce de plus,
– Optimisation du placement des éclaireurs sur des chemins (l’égalité
favorisera celui qui était le premier),
– Clôture d’une île par un joueur non encore implanté qui
va la « voler » en plaçant un camp ou une colonie (qu’il récupérera
d’ailleurs tout de suite puisque l’île est terminée),
– Marquage de points subtil : le découvreur d’une île marque le
nombre de cases de l’île en points de victoire, le joueur qui est deuxième
marque la moitié, et ainsi de suite,
– …

En plus, et cela ne gâche rien, le plateau
qui se construit au fur et à mesure devient franchement esthétique,
pour finir vierge de tout pion, ce qui surprend les yeux des joueurs qui découvrent
ce jeu.

Je l’apprécie bien, surtout qu’il offre
la possibilité de jouer à 2, tout en étant extrêmement
intéressant : plus de pions chacun et le jeu est alors, un peu comme
pour Carcassonne, un duel où chaque pion aura vraiment un rôle
à jouer. De plus, dans ce cas-là, on peut grosso-modo maîtriser
l’évolution du plateau d’un tour à l’autre, ce qui autorise une
anticipation sur quelques coups. Non négligeable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− huit = 1