Drôles de Zèbres

Type de jeu Placement
Blocage
Auteur Bruno Cathala
Editeur (année) Asmodée (2004)
Nombre de joueurs 2
Durée de partie Environ 20 minutes
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – La simplicité
des règles alliée à un total non hasard,
– La grande intéractivité du jeu : pions à placer,
déplacement du gardien du zoo,
– Le look général du jeu (dessins, thème).
Les – – Le côté
très (trop ?) abstrait du jeu,
– L’impression curieuse, une fois la partie jouée, qu’il ne reste
pas grand chose comme souvenir.
Configuration idéale 2 comme prévu par la règle
Note subjective 14 / 20
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus de la
boîte (34 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
La première fois où j’ai joué à
Drôles de Zèbres, c’était au printemps 2003, sur l’un des
prototypes de l’auteur, lors des Rencontres Ludopathiques. Un an et 1/2 après,
donc, le jeu vient de sortir chez Asmodée, dans une version expurgée
qui conserve néanmoins l’essentiel de sa saveur originelle.

Dans ce jeu, chaque joueur
doit placer des animaux dans des enclos de zoo, en veillant à les positionner
selon leurs affinités : un lion oblige les zèbres environnants
à se cacher, les crocodiles se jettent sur les gazelles qui bondissent
au-dessus de leur tête, les éléphants n’ont peur de rien
et n’effraie personne, … A son tour, le joueur actif prend un jeton encore
présent devant lui et le place sur une case libre d’un enclos pointée
par le gardien du zoo qui effectue sa ronde (à la manière du chef
du village dans Pueblo, chaque joueur
le fait avancer de 1 à 3 cases en fin de son tour). Les éventuels
effets sur l’animal posé sont résolus, puis le joueur actif déplace
le gardien du zoo comme indiqué ci-dessus. Puis c’est au tour de l’autre
joueur, et ainsi de suite jusqu’à ce que tous les animaux aient été
placés.
Enclos par enclos, on dénombre alors le nombre de pions de chaque joueur
et celui qui en totalise le plus marque un nombre de points égal à
la somme des valeurs de tous les pions qui s’y trouvent (un éléphant
vaut 5 points, un lion 1 point, …). Le joueur obtenant le plus de points est
alors déclaré vainqueur.

Très simple mais
bourré de tactique, Drôles de Zèbres est un jeu qui fait
mouche 😉 On se prend bien la tête comme il faut à essayer d’anticiper
le déplacement du gardien du zoo, afin de contraindre son adversaire
à placer un pion dans en enclos non souhaité, on fait de son mieux
pour placer son lion de manière efficace, on essaie de fermer le premier
enclos de la partie car celui-ci rapporte 5 points de bonus au joueur qui y
parvient, … En clair on joue à un jeu malin presque sans s’en rendre
compte…
Au final, Drôles de Zèbres est donc un bon petit jeu à deux,
très abstrait cependant, heureusement sauvé sur ce point par des
graphismes mignons et de grande qualité. Bruno Cathala nous a pondu là
l’un de ses meilleurs jeux, en tout cas celui qui laisse le moins de place au
hasard…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit × 3 =