Drunter & Drüber

Type de jeu Construction
Objectif secret
Négociation
Auteur Klaus Teuber
Editeur (année) Hans Im Glück (1991)
Nombre de joueurs 2 – 4
Durée de partie De 30 à 45 minutes
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – L’aspect tortueux des
chemins créés,
– Le bluff très fin sur la réalité de son type de
bâtiment et le fait qu’il y en ait 6 pour un maxi. de 4 joueurs
(2 mini. non affectés),
– Le renouvellement des parties (tuiles).
Les – – La qualité médiocre
des tuiles,
– Le thème original mais mal exploité.
Configuration idéale A 2 joueurs pour contrôler l’évolution,
A 4 joueurs pour se liguer contre untel ou untel.
Note subjective 11 / 20
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus de la
boîte (29 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Ce jeu a été élu jeu de l’année
en Allemagne en 1991, et c’est en quelque sorte une surprise : durée
de partie courte, jeu d’un premier abord guère enthousiasmant, matériel
limité, …
En réalité, après une partie, on découvre un jeu
très fin, bien pensé et où les potentialités tactiques
sont élevées : dissimuler sa véritable mission est un pur
bonheur et organiser des votes dans des zones où l’on se moque du résultat
est excellent : aucune carte misée de sa part, et perte de carte chez
les adversaires.

Rappelons que l’objectif
de ce jeu est de créer des chemins au sein d’une ville imaginaire, les
dits-chemins pouvant écraser sans vergogne églises, écoles
et autres mairies. Par contre, on n’écrase pas comme ça les vespasiennes,
car, elles au moins, ont une utilité publique indéniable… Il
paraît que ceci reflète le fameux humour allemand… Donc, dès
lors qu’un joueur souhaite qu’un chemin écrase ce type de bâtiment,
l’ensemble des joueurs doit voter pourdonner sa position, qui peut être
nuancée de tout à fait d’accord à pas du tout d’accord,
en passant par des « je m’en tape » ou « j’attends de voir vos votes
et je me prononce ensuite ».
Chaque joueur possède une mission secrète qui consiste à
protéger un type de bâtiment. Les autres joueurs ne connaissant
pas les missions adverses, on se dirige sur un jeu à objectif particulièrement
retors…

Vous le devinez, ce jeu
est un plaisir car il crée une ambiance assez particulière, où
le bluff, la mauvaise foi et les accords sont légions.
En bref, Drunter & Drüber est un Spiel des Jahres surprenant, mais
néanmoins mérité, qui préfigure les jeux de tuiles,
tels que Carcassonne (graphisme, principe) ou la Guerre des Moutons (objectif
secret), mais sorti 10 ans auparavant… Il est appréciable que soit
récompensés ce type de jeu qui apporte innovation et rafraîchissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


un × 1 =