Dungeon Twister


Type de jeu Placement
Affrontement
Auteur Christophe Boellinger
Editeur (année) Asmodée (2004)
Nombre de joueurs 2
Durée de partie De 1 à 2 heures
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
(en temps limité)
Qualité des mécanismes
Les + – Le rendu du thème qui colle à
la perfection,
– La possibilité de bien planifier son jeu,
– La durée raisonnable des parties,
– La variété des configurations de jeu
.
Les – – Le relatif manque de
fun dans un jeu que l’on pouvait supposer excitant,
– Le côté un peu cheap des composants du jeu.
Configuration idéale 2 joueurs (seule possibilité)
Note subjective 15 / 20 (première
impression)
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus de
la boîte (30 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Dungeon Twister est un jeu dont on aura beaucoup parlé
sur l’Internet ludique en cet automne 2004. Sur le bien connu site Tric Trac,
un topic a même trôné longtemps sur le forum comme le plus
volumineux en terme de nombre de posts (le
lire
). Depuis, le Chifoumi, jeu plusieurs fois millénaires, lui a
succédé pour une déferlante poilante que je vous suggère
de lire en
suivant ce lien
😉

Dans ce jeu, chaque joueur
incarne un groupe d’aventuriers enfermés dans un donjon aux pièces
qui peuvent tourner sur elles-mêmes (d’où le nom du jeu), à
la merci d’un grand sorcier qui se complait à les regarder errer dans
le donjon à la recherche d’une sortie utopique, et aux prises les uns
avec les autres. Un Loft Story médiéval fantastique en quelques
sortes…
Alors qu’on aurait pû croire que les joueurs allaient devoir se battre
contre des créatures inommables disséminées ça et
là dans le donjon, l’auteur nous propose plutôt de nous livrer
bataille mutuellement, à la recherche d’une sortie placée à
l’arrière du joueur adverse. En d’autres termes, on doit faire sortir
ses personnages avant son adversaire, ou, tout au moins, lui tuer suffisamment
de personnages avant qu’il ne le fasse lui-même. Pour ce faire, on construit
tout d’abord face cachée un labyrinthe de 8 salles (4 lignes X 2 colonnes),
puis chaque joueur, alternativement, va placer des pions face cachée
dans les salles, en se limitant à la capacité d’accueil des salles.
Comme les pions peuvent être aussi bien des objets que des personnages,
il faut d’ores et déjà essayer de planifier son jeu en préparant
sa tactique de jeu.
A son tour, un joueur va jouer une carte de valeur de 2 à 5 et pourra
donc exécuter un nombre d’actions égal à cette valeur (une
fois joué ses 4 cartes, elles sont reprises en main). Les actions possibles
sont classiques et parfaitement logiques :
– Déplacer un personnage : le nombre maximal de cases est indiqué
sur celui-ci,
– Révéler une salle : si un personnage est en lisière d’une
salle face cachée, il peut la retourner face visible et les pions qui
s’y trouvaient sont placés par les deux joueurs (méthode assez
fine d’ailleurs),
– Faire pivoter une salle : en se plaçant sur le case adaptée
(mécanisme de rotation), un personnage peut faire tourner d’un quart
de tour la salle où il se trouve ou celle de même couleur si elle
est déjà révélée,
– Engager un combat : si un personnage est au corps à corps avec un autre,
il peut l’attaquer, ce qui se traduit par un jeu face cachée d’une carte
de combat dont la valeur est ajoutée à la capacité de combat
du personnage (le perdant est blessé ou mort s’il l’était déjà),
– Utiliser la capacité spéciale d’un personnage ou d’un objet
: bien détaillées dans les règles, les capacités
spéciales permettent de varier les enchaînements des actions.
Une fois que le joueur a joué intégralement son tour, son adversaire
fait de même, et ainsi de suite jusqu’à ce que l’un des joueurs
atteignent le quota de points de victoire requis : 5. Chaque pions adverse éliminé
en rapporte 1, un personnage sorti du labyrinthe en rapporte 1 (2 pour le gobelin)
et la sortie du trésor en rapporte 1 également.

Dungeon Twister est un peu
le bébé de Christophe Boellinger, un jeu qu’il a pris le temps
de peaufiner, d’affiner et de redéfinir, pour en obtenir une substantifique
moelle, livrée dans une boîte illustrée bien dans le thème
par Asmodée. Il est prévu que des extensions viennent s’ajouter
à cette boîte de base, extensions qui devraient permettre de jouer
à plus de deux, et qui pourraient bien offrir de nouvelles embûches
à nos valeureux aventuriers enfermés dans le Dungeon Twister…
Pour ceux qui aiment arpenter les donjons labyrinthiques, tout en réfléchissant
bien comme il faut, Dungeon Twister devrait les ravir. Ceux qui recherchent
une ambiance fun, rigolarde et pleine de jets de dés, en revanche, devraient
rester sur leur faim, avec ce jeu aux allures plus près du jeu d’échecs
que du jeu de baston pur et dur.

Extension n°1 – Paladins
& Dragons

Cette première extension pour Dungeon Twister, n’était
à priori pas une extension, dans l’esprit de l’auteur, mais bel et bien
une partie du jeu de base. Les décisions éditoriales en ont fait
une extension à part entière et, à ce titre, cette boîte
requiert de posséder le jeu de base pour jouer. Dans cette extension,
donc, on y retrouve les ingrédients qui font le succès du premier
opus, à savoir :
– Des nouvelles salles carrées (au nombre de 8),
– De nouvelles séries de pions pour les joueurs (8 personnages et 6 objets),
– Des figurines pour représenter les personnages en pleine forme dans
leur quête pour sortir du labyrinthe),
– Des marqueurs de fosse, d’éboulis et de murs brisés,
– Une zone de départ par joueur.
Les aménagements de règles sont bien vus et permettent de diversifier
les parties, soit en autorisant des constitutions d’équipes selon les
envies de chacun, soit en imposant des combinaisons de départ identique,
mixées ou non avec les éléments du jeu de base. Certains
objets, comme le Parchemin de charme, apportent un réel plus au jeu,
et certains personnages, comme le Golem, rendent les parties un peu plus imprévisibles
(destruction de murs).
Au final, cette extension risque fort de devenir indispensable aux amateurs
du jeu original et le seul reproche qu’on pourrait formuler concerne toujours
le côté un peu cheap du matériel proposé dans la
boîte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


deux × 9 =