Einfach Genial

Type de jeu Placement
Construction
Auteur Reiner Knizia
Editeur (année) Kosmos (2004)
Nombre de joueurs 1 – 4
Durée de partie De 30 à 45 minutes
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème Inadapté
Qualité des mécanismes
Les + – La simplicité
des règles,
– La qualité du matériel,
– Le système de score emprunté à Euphrat
& Tigris
: la valeur la plus faible,
– La rapidité et la fluidité des parties.
Les – – Le peu de fun généré
par le jeu,
– La répétitivité des parties,
– La part de hasard qui peut être frustrante.
Configuration idéale De 2 à 4 joueurs (en solitaire : trop de hasard)
Note subjective 14 / 20
Nombre de parties effectuées De 6 à 10
Illustrations Dessus de la boîte
(22 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Le moins que l’on puisse dire, c’est que Reiner
Knizia est un homme convaincu de son talent : appeler son jeu « Tout simplement
génial » n’est en effet pas à la portée du commun des
auteurs… Après on apprécie ou pas, n’empêche qu’il fallait
oser le faire ! Reste à valider, en y jouant, que Einfach Genial soit
si génial que le titre le laissait supposer…

Einfach Genial est un jeu
abstrait, un vrai de vrai sans thème à la Knizia plaqué
dessus, qui s’apparente à un jeu de dominos aux règles encore
plus pures : on peut placer ses tuiles où on veut sans aucune contrainte.
Bien entendu, selon l’endroit où elles sont positionnées, les
tuiles rapportent plus ou moins de points aux joueurs et c’est là tout
le sel du jeu.
Chaque joueur dispose d’un plateau individuel pour noter ses points couleur
par couleur ( au total) et d’un chevalet où il dispose les tuiles bicolores
qui constituent sa main (6 au total). A son tour, le joueur actif doit placer
une tuile sur le plateau, marquer les points engendrés par ce placement
et compléter sa main à 6 tuiles, à moins qu’il n’aie porté
l’une de ses couleurs sur la case 18, ce qui l’aurait autorisé à
rejouer auparavant. Enfin, si le joueur actif ne dispose d’aucune tuile comportant
au moins une couleur dans sa ligne la plus faible, il peut défausser
tout son chevalet et piocher 6 nouvelles tuiles. Puis c’est le tour du joueur
suivant et ainsi de suite jusqu’à ce que personne ne puisse plus jouer,
ce qui entraîne la fin de partie. Le score de chacun correspond alors
au score obtenu dans sa ligne la plus faible (comme à Euphrat
mais là c’est visible de tous) et le joueur avec la valeur la plus élevée
gagne la partie.

Revenons au système
de points marqués en fonction de la tuile posée : on inscrit autant
de points que le nombre de symboles colorés déjà en place
et adjacents, direction par direction, à chaque symbole de même
couleur de la tuile posée. Ouf ! Pas facile à formuler en une
phrase…

Quelques exemples valent mieux que de longs discours
(de gauche à droite et de haut en bas, issus de la règle
allemande) :
– Schéma 1 – ajout d’une tuile Rouge/Bleu : marque d’un point
bleu

– Schéma 2 – ajout d’une tuile Bleu/Bleu : marque de 2 points
bleus

– Schéma 3 – ajout d’une tuile Rouge/Bleu : marque d’un point
rouge et de 2 points bleus

– Schéma 4 – ajout d’une tuile Bleu/Bleu : marque de 4 points
bleus

– Schéma 5 – ajout d’une tuile Rouge/Bleu : marque de 2 points
rouges et de 4 points bleus

– Schéma 6 – ajout d’une tuile Vert/Vert : marque de 12 points
verts.

Comme ces exemples l’ont clairement mis en évidence, on a toujours
intérêt à placer des tuiles dont au moins l’un des
symboles correspond à ceux en place dans la zone de positionnement,
surtout lorsque ces emplacements deviennent de moins en moins accessibles
(schéma 6).

Comme
chaque joueur essaie de faire progresser ses lignes en parallèles, afin
de ne pas être distancé dans l’une de ses couleurs, on se retrouve
avec un jeu très tactique qui se gère aussi beaucoup avec la pioche
(si vous ne piochez pas de double tuile qui vous arrange, vous ne pouvez pas
faire grand chose). Heureusement que l’auteur a prévu de pouvoir défausser
l’ensemble de sa main de tuiles, ce qui permet de ne pas accuser systématiquement
un manque de chance chronique…
Einfach Genial est un jeu très agréable à pratiquer, à
défaut d’être enthousiasmant ou très novateur. On peut le
sortir en toutes occasions, avec tout type de joueurs, il est très beau
lorsque les tuiles se posent, mais il ne génère pas de véritable
engouement, un peu comme si le meilleur coup, à chaque tour, était
prévisible. Certains joueurs pourront dire qu’il est parfois intéressant
de jouer pour bloquer un adversaire qui recherche une couleur particulière,
certes, mais ce n’est pas si fréquent que l’on aie intérêt
à le faire. Ou alors à 2 joueurs peut-être, où un
coup moyen ne coûte pas trop cher, contrairement à 4 joueurs, où
chaque coup est proportionnellement plus important. A voir.

Pour résumer, j’aurais
bien vu ce jeu baptisé « Tout simplement agréable » au
lieu de « Tout simplement génial ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 6 = null