[Essen 2002] Mon premier Essen

Le salon d’Essen s’est déroulé à…
Essen (ah bon ?) du 17 au 20 octobre de cette année 2002.

Ludo le gars y était et il vous conte quelques unes de ses aventures ludiques et pittoresques de cette épopée…
C’est en quelque sorte la version 1 toute chaude d’un reportage qui devrait s’affiner et se compléter avec le temps.

 

Parti de France en compagnie de Stéphane le montpelliérain (Arthemix sur les forums), et d’Alain, également montpelliérain, Ludo le gars se retrouve sur la route du jeu, c’est à dire la route d’Essen, en cette belle journée du mercredi 16 octobre.

Une escale de durée importante (merci la SNCF…) à Nancy nous permet de « charger » Paquita dans l’habitacle, ce qui porte le nombre des aventuriers à 4, tous armés jusqu’aux dents de leurs euros et de leurs envies ludiques.

Les kilomètres défilent, et plus nous approchons d’Essen, plus l’excitation monte, jusqu’à atteindre son paroxysme sur le coup de 20h00 lorsque nous arrivons à destination, prêts à investir nos chambres dans la banlieue d’Essen.

Le premier jour, nous passons le plus clair de notre temps à courir les vendeurs d’occasion, nombreux et fournis en jeux récents comme anciens, auprès desquels nous découvrons des perles et des raretés, du type : Ave Caesar, Waldmeister, Ausgebremst, Elfenroads, … Non, nous n’avons pas pu tout rapporter !

Les affaires succèdent aux affaires, et je me rue sur un Viva Pamplona ! (mon premier jeu acheté à Essen), un Gold Connection (neuf sous blister), un  NeanderZoff, un Intrige et un Rette sich wer kann (neuf sous blister), pour n’en citer qu’une courte liste, glanée dans la
première heure de salon… Bien entendu, les prix sont tellement hallucinants que l’on ne peut décemment pas freiner ses ardeurs…


Le bus des Colons de Catane, magnifiquement décoré…
Une exposition spéciale en l’honneur des 80 ans d’Alex Randolph a attiré une foule importante devant les panneaux descriptifs, les jeux présentés et les nombreuses photos du célèbre créateur.
Outre Alex Randolph, de nombreuses personnalités du monde du jeu étaient d’ailleurs présentes, parmi lesquelles : Wolfgang Kramer, simple et éminemment sympathique, Uwe Rosenberg (Bonhanza, Mamma Mia, …), Michael Schacht (Dschunke, Kardinal & König, …), Frank (Ursuppe, Urland, …), … et les français Bruno Faidutti, Philippe des Pallières, Christophe Boellinger, Roberto Fraga, Matthieu d’Epenoux, Odet l’Homer, Bruno Cathala, Serge Laget,… et j’en oublie certainement beaucoup que je n’ai pas eu le temps de cotoyer (Reiner Knizia, Alan Moon, Klaus Teuber, …).

Wolfgang Kramer en train de me dédicacer
un exemplaire de son Pueblo

La partie de Bohn Hansa avec l’un des 50 membres de l’impressionnante Amigo Team, et Stephane et Paquita au fond…
Le vendredi et le samedi nous avons continué de courir après
les bonnes affaires (Metropolis, Jockey, Sozoikum, …), tout en accordant une place privilégiée aux parties, ce qui nous a permis de jouer à des jeux pour lesquels nous n’avions pas encore franchi le pas et découvrir des nouveautés et même des prototypes : Goldland, Dice Run, Ta Yu, Bohn Hansa (maquette d’un jeu Amigo qui doit sortir pour décembre dans l’univers des haricots de Bohnanza).

Cliquez pour agrandir !
Le plateau de Bohn Hansa, avec tout plein de scotch pour tenir les morceaux de carton…

Les internautes français étaient venus en nombre à Essen, et certains d’entre eux avaient visiblement le même symptôme que Stéphane et moi, à savoir que leurs sacs de jeux se remplissaient à une telle vitesse qu’une vidange de mi-journée s’avérait nécessaire pour ne pas risquer une déchirure musculaire, voire une totale impossibilité d’acheter de nouveaux jeux l’après-midi, ce qui aurait certainement occasionné des convulsions nerveuses chez certains…Parmi ces français rencontrés ou entre-aperçus, je me souviens de Karis, de Krazey, d’Adrien, de Ludo, de François H., de Mr Phal et du Docteur Mops. Nous  avons, mes 3 acolytes et moi-même, passé une petite soirée jeux sympa dans l’un des appart loués par ces même français.
Colorado County, jeu bradé à 5 misérables euros sur le salon, fut d’ailleurs pratiqué avec un certain plaisir en compagnie d’Adrien.

Stéphane et Alain lors de notre partie de Goldland sur le stand de Gold Sieber Spiele
Au rayon nouveautés, outre le nouveau Carcassonne que je
ne pouvais pas rater, j’ai trouvé que 3 d’entre elles étaient
particulièrement prometteuses :- Zoo SIM, un jeu de Corné van Moorsel, où chaque joueur dirige un zoo et s’efforce d’y attirer le plus grand nombre de visiteurs en installant de vastes enclos pour les animaux les plus appréciés. Un très joli jeu de mise et de tuiles.
Trias, un jeu de Ralf Lehmkuhl, présenté sur le stand de Doris & Frank, sur le thème des premiers âges de la vie. Une petite boîte orange avec plein de tuiles  hexagonales dedans… Si vous voulez jouer en VF, j’ai traduit la règle : règle Trias.
Fische Fluppen Frikadellen, un jeu édité par 2F Spiele, tout vert et intégrant de sérieux principes novateurs, comme la possibilité de changer de table en cours de jeu ! Une grande réussite si l’on en juge par les  murmures de fin de salon…

Zoo SIM et Trias, les 2 nouveautés que j’ai rapportées du salon d’Essen…
Voici voilà quelques premières impressions et quelques   anecdotes sur notre escapade allemande, dont le sentiment global à la sortie est un formidable tourbillon d’événements (rencontres, achats, parties, discussions, …) qui finit par rendre à moitié zinzin, limite complètement toqué…Je ne pense pas utile que je vous décrive la tête de Julie quand elle a vu arriver les sacs…

 

 

Merci à Stéphane de m’avoir permis d’être là.


Mon butin après 3 jours de salon : un grand nombre de jeux, des extensions, du matériel et quelques objets  commémoratifs…

Toutes les photos sont la propriété de leur auteur – Ludo le gars 2002

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 − cinq =