Go

Type de jeu Placement
Construction
Auteur Domaine public
Editeur (année) Sans objet
Nombre de joueurs 2
Durée de partie De 1 à 4 heures
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – Le côté
philosophique autour de ce jeu (histoire, principes, orient),
– La profondeur infinie du jeu couplée à la simplicité
exemplaire des règles,
– Le dynamisme impressionnant d’un jeu où les pierres sont immobiles,
– L’égalité totale entre les pierres,
– Le fait de devoir faire mieux que son adversaire pour gagner et non
l’anéantir,
– La condition de fin de partie : accepter la défaite,
– La prise en compte des niveaux hétérogènes entre
les joueurs grâce aux pierres de handicap.
Les – Que celui qui en voit un
jette la première pierre…
Configuration idéale 2
Note subjective 20 / 20
Nombre de parties effectuées Entre 10 et 20
Illustrations Exemple
de situation (41 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Le jeu de Go est à l’Orient ce que les échecs
sont à l’Occident : le classique des classiques, le jeu indémodable,
la culture quasiment d’un peuple et d’une idéologie. Rien que ça…

En effet, apparu voici des millénaires, le
jeu de Go retranscrit, sur un plateau quadrillé de 19 X 19 intersections,
un affrontement entre deux puissances, les blancs et les noires, qui vont lutter
pour s’adjuger les territoires les plus importants. Ces territoires ne sont
pas délimités à l’entame du jeu et se créent au
fur et à mesure de la partie, voire se défont lorsqu’ils n’ont
pas été sécurisés, ce que l’on appelle des territoires
imprenables.
Alternativement, chacun des joueurs va poser une pierre sur le plateau, sur
une instersection libre, sans autre condition de placement.
Ainsi, vu qu’au départ 361 positions sont disponibles, on comprend aisément
l’immensité insondable de ce jeu et on se pose des milliers de questions
à la seconde :
– Vaut-il mieux créer une sorte de ligne continue, ou répartir
ses forces sur le plateau ?
– Est-il vrai que les coins sont plus facilement prenables que le centre ?
– Comment sécuriser un territoire juteux ?
– Mon groupe de pions placé dans cette zone est-il solide ou va-t-il
se faire prendre par manque de libertés ?
– …

Et les questions s’enchaînent perpétuellement,
quel que soit son propre niveau de jeu, pour savoir s’il est justifié
de jouer ici ou là, selon la perspective visée : court, moyen
ou long terme.
Le jeu se prête admirablement aux analyses et reflètent très
bien une certaine forme d’art à l’oriental, tout en petites touches,
où une vision globale et esthétique est plus prometteuse qu’une
vision restreinte et lourde. Une grande part du plaisir du Go est de voir les
formes se créer sur le plateau et se défaire dans une harmonie
des plus magiques. Rien n’est immuable, tant qu’un joueur n’a pas réussi
à créer 2 yeux dans une zone.
Les yeux ? Ce sont des espaces vides au sein d’un groupe de pions assurant le
caractère imprenable du groupe entier. Mais attention ! Certains yeux
n’en sont pas et il faut de longues heures de pratique pour bien assimiler les
différences.

Plus pur que le jeu d’échecs,
son cousin occidental, le jeu de Go a pour lui des qualités exceptionnelles
qui en font le véritable roi des jeux, au sens universel du terme : simplicité,
égalité, humilité et globalité. S’il ne devait rester
qu’un seul jeu, ce serait celui-ci.

Et pour méditer sur le jeu de Go, je vous
propose les 10 préceptes du Go par Wang Chi Shin, extraits de : « Le
Go aux sources de l’avenir
 » par Pascal Reysset, chez Chiron :
1 – La gourmandise n’apporte pas la victoire,
2 – Pénétrer la sphère gentiment et facilement
3 – Si vous attaquez votre adversaire, surveillez vos arrières,
4 – Abandonnez le menu fretin ; combattez pour l’initiative,
5 – Laissez tomber le petit, accrochez-vous au gros,
6 – Si vous êtes en danger, il est nécessaire d’abandonner quelque
chose,
7 – Soyez prudent, ne vadrouillez pas de-ci de-là sur tout le goban,
8 – Rendre coup pour coup, si nécessaire,
9 – Si votre adversaire est fort, protégez-vous,
10 – Si votre groupe est isolé au centre d’une influence adverse : choisissez
la voie pacifique.

Une réponse à “Go”

  1. Rétroliens : [Sélection] Jeux abstraits |

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 7 = un