Grand Safari

Type de jeu Placement
Gestion
Bluff
Auteur Wolfgang & Ursula Kramer
Editeur (année) Ravensburger (1985)
Nombre de joueurs 2 – 6
Durée de partie De 45 minutes à 1 heure 30
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – La simplicité
de la seule action autorisée,
– Les options offertes par les bons de voyage,
– La difficulté à faire revenir une expédition vers
des animaux « dépassés ».
Les – – Les cartes actions souvent
disproportionnées,
– Le faible coût de certaines options,
– Le hasard lié à la main initiale.
Configuration idéale ? pour l’instant
Note subjective 13 / 20
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus
de la boîte (44 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Pour un jeu de réseau, en voilà un sacré
de jeu de réseau ! Des expéditions colorées qui traversent
le monde, en suivant les routes que les joueurs souhaitent leur voir emprunter.
Et comme ils ne sont pas tous d’accord, n’ayant pas les mêmes intérêts
(un peu comme dans Odysseus), les routes ont tendance à être sinueuses
et à n’arranger finalement personne…

Basé sur le thème
des animaux en voie de disparition Grand Safari est un jeu pédagogique
et ludique à la fois, où le but du jeu est de réussir à
faire passer les expéditions sur les espèces animales que l’on
a dans sa main. Certaines cartes sont également exposées à
la vue de tous et pourront donc être réalisées par tout
un chacun. Le premier joueur qui aura épuisé sa main déclenchera
la fin de partie, et le joueur en ayant réalisé le plus à
ce moment-là l’emportera.
Toute la finesse du jeu réside dans l’évolution des tracés
des expéditions, que l’on essaie de faire faire par les autres, afin
d’économiser ses bons de voyage (offrant des options intéressantes
lorsque le besoin se fera sentir). Ce n’est souvent pas facile et il faut constamment
sortir quelques précieux bons de voyage pour retirer une extrémité,
en bloquer une autre ou en ré-orienter une troisième…

Le gagnant dira certainement
qu’il a bien géré le tracé des routes et le perdant pourra
invoquer la malchance aussi bien lors de la constitution de la main initiale
(certains animaux pouvant être fort éloignés) que dans l’obtention
de cartes actions guère intéressantes (rajouter une carte d’espèce
utilisable par tout le monde) ou dans les évolutions chaotiques des expéditions
qui s’éloignent systématiquement de ses animaux.

Le jeu est riche, les options
sont intéressantes, le thème, bien qu’un peu désuet, est
porteur, bref on a là affaire à un jeu de grande classe, une œuvre
de… Wolfgang Kramer ! Épaulé de sa femme Ursula pour une fois.
Un vrai bon jeu, à vite se procurer lors d’une brocante, il y en a souvent
et à prix plus que modique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


3 × = trois