[Jeux mathématiques] Trois outils pour l’école… mais pas seulement !

Les jeux mathématiques, du type SuDoKu ou Tangram (déjà abordés sur mon site dans le cadre de pratiques pédagogiques : ici et ), sont une une vraie mine d’or pour tout enseignant qui souhaite renforcer l’acquisition de la logique chez ses élèves. Etre capable d’argumenter pourquoi tel chiffre ne peut être que là, ou tel autre ne peut pas s’y trouver, ou encore indiquer les chiffres possibles, sans certitude, voilà une compétence qui doit être travaillée de manière répétée, particulièrement au cycle 3. C’est pourquoi, et déjà friand de ce type de jeu d’un point de vue personnel, je suis ravi, aujourd’hui, de vous présenter 3 nouveaux outils à base de jeux mathématiques, parfaitement adaptés à l’école :
Kyori : un jeu de chiffres répétés sur un carré de 7 par 7, inventé par Jean-Jacques Derghazarian. Niveaux : 1 à 4.
Jun’Jo : un jeu de chiffres et de tierces sur un carré de 7 par 7, inventé par Jean-Jacques Derghazarian. Niveaux : 1 à 3.
Mémentis : un jeu de chiffres et de calculs sur un carré de 12 par 12, inventé par Alain Duverger et Patrick Maignan. Niveaux : 1 à 6.

 

KYORI :

Sur la grille ci-contre, il faut compléter les cases avec des chiffres de 1 à 6, sachant que ceux déjà présents, fléchés, indiquent les sens et le nombre de fois qu’ils devront figurer sur leur ligne horizontale ou verticale (deux 2, trois
3, quatre 4, cinq 5 et six 6).Premier exemple : dans la première ligne, doit figurer quatre fois le chiffre 4, sachant qu’il est déjà présent une fois et que les
flèches le bordant indiquent gauche et droite. Comme une seule case est disponible à sa droite, on est sûr que s’y trouve un 4. Il en reste donc deux à placer à sa gauche, sur les
quatre cases disponibles.Deuxième exemple : le 6 central indique la colonne et comme il faut avoir six 6, on est sûr que le chiffre 6 va se trouver dans les
cinq cases restantes.

Amusez-vous…

———————————————————————————————————————————————–

JUN’JO :

Chaque case blanche de la grille ci-contre doit contenir un chiffre de 1 à 9, sachant que les chiffres déjà indiqués sont les points de départ
d’une suite de trois chiffres
et qu’il ne servent qu’une seule fois. Les suites peuvent être disposées en tout sens : verticale, horizontale et même diagonale. Mais comme chaque chiffre déjà indiqué ne sert qu’une seule fois, on possède déjà beaucoup
d’informations… A noter que pour s’y retrouver, il est conseillé de rayer les chiffres déjà indiqués lorsqu’ils ont été utilisés dans une suite.

Premier exemple : le 2 le plus en bas à gauche doit être le point de départ d’une suite 2 3 4. Pas de place à sa gauche,
pas de place à sa droite, pas de place au-dessus, pas de place dans les quatre diagonales, il ne reste qu’une seule solution, à savoir la verticale descendante pour ajouter les
chiffres 3 et 4.

Deuxième exemple : le 3 tout en bas à droite. La suite sera 3 4 5 et peut être écrite soit horizontalement vers la gauche,
soit sur la diagonale montante vers la gauche. Mais, comme le 6 de cette même ligne ne dispose que d’une seule possibilité pour sa suite 6 7 8, à savoir l’horizontale vers
la droite, on est sûr que la suite 3 4 5 sera écrite sur la diagonale montante vers la gauche.

A terminer…

———————————————————————————————————————————————–

MEMENTIS :

Avec ses allures d’équations à résoudre, le Mémentis est le plus ardu des 3 casse-tête proposés mais aussi celui qui fera vraiment travailler le calcul mental en plus de la
logique.
La règle : chaque case blanche doit être complétée avec un chiffre de 1 à 9, sachant que la suite de calculs doit aboutir au résultat
indiqué en jaune à l’extrémité de la ligne ou de la colonne concernée. Attention : les calculs se font dans l’ordre, comme ils se présentent, aucune notion de parenthèsage ou de priorité de la multiplication et de la division sur l’addition et la soustraction.

Exemple : sur la première ligne le calcul :
4 X 9 + 8 – nombre A divisé par nombre B = 8.
Comme 4X9 =36, et que 36+8 = 44, on devine que le nombre B est un multiple de 8 et que 44 moins le nombre A = nombre B. Ceci dit, comme dans la dernière colonne on doit pouvoir
diviser le nombre B par 5, il faut aussi que celui-ci soit divisable par 5. Selon toute vraisemblance, le nombre B sera 40 et le nombre A, du coup, sera 4.

Vous trouvez cela ardu ? Vous avez raison… D’autant plus que vous ne vous trouvez ici qu’en présence d’une grille de niveau 2 (il manque un ou deux chiffres par série de
calculs). A titre de comparaison, sachez que dans les grilles de 4, il manque deux chiffres ou plus par série, que dans celles de niveau 5, il manque des signes opératoires et que
dans celles de niveau 6, il manque aussi bien des chiffres que des signes opératoires…

Bon jeu !

———————————————————————————————————————————————–

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur ces jeux, les introduire dans votre pratique de classe ou tout simplement vous procurer de nouvelles grilles pour votre plaisir personnel, n’hésitez pas à
contacter leurs auteurs :
Jean-Jacques Derghazarian : 06 23 68 38 00 ou 04 91 46 63 90 ou mail.
Alain Duverger et Patrick Maignan : 06 25 94 10 47 ou mail ou site.

Note : ces auteurs sont éminemment sympathiques et ils méritent qu’on les soutienne !

3 commentaires à propos de “[Jeux mathématiques] Trois outils pour l’école… mais pas seulement !”

  1. Encore J-J Derghazarian, le fameux auteur d’Equinox et Imbrix, oui ! Kyori était publié dans le quotidien La Marseillaise, mais ne l’est plus, je crois (remplacé par Jun’Jo, c’est ça ?)

    À quand un recueil des grilles de Kyori, pour changer des sudoku ?
    Un auteur à la fois sympathique et prolifique !

  2. Ces jeux de la même famille que le Sudoku sont des mini casses -têtes tout plein mignons. Leurs noms proviennent de mots japonais qui nous éclairent un peu sur leur mécanisme. Jun’jo, c’est 順序, l’ordre et Kyori 距離 c’est la distance, l’intervalle. J’ai été tenté de croire que ces jeux existaient déjà au Japon mais je n’en ai trouvé aucune trace. Bravo à l’inventeur! Chapeau bas!

  3. Merci Ludo pour m’avoir fait découvrir Mr DERGHAZARIAN et ses créations.
    Je suis professeur des écoles spécialisé (troubles de la fonction cognitive) et ses grilles de Jun’jo et Kyori sont effectivement des outils très intéressants à utiliser en classe.
    J’ai contacté Mr DERGHAZARIAN et ai eu un long et sympathique échange avec lui sur l’utilisation pédagogique de ses grilles. Il me tarde maintenant de découvir Equinox et Imbrix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 − sept =