Kardinal & König

Type de jeu Conquête
Placement
Auteur Michael Schacht
Editeur (année) GoldSieber (2000)
Nombre de joueurs 3 – 5
Durée de partie De 30 minutes à 1 heure
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – Le nombre maximal de
conseillers autorisés,
– Le système des alliances politiques,
– Le rapport durée/stratégie excellent.
Les – – Le thème peu présent,
– Le chaos à 5 joueurs.
Configuration idéale 3 joueurs (pour le contrôle sur le jeu)
Note subjective 17 / 20
Nombre de parties effectuées Entre 6 et 10
Illustrations Couverture
de la boîte (33 Ko)
Aides de jeu Aide-mémoire individuel (26 Ko)

Critique générale
Un jeu présent dans mon armoire depuis quelques temps
et que je n’avais pas encore eu le loisir d’essayer. C’est à présent
chose faite, et je dois dire que c’est plutôt heureux, car ce jeu est
un petit bijou de calculs de points et de finesses de placement.

Je m’explique. Chaque joueur possède 20 pions
d’abbayes et 8 pions conseillers qu’il doit s’efforcer de placer au mieux sur
le plateau représentant une portion de l’Europe du Moyen-Âge, afin
d’optimiser les 2 phases de décomptes de points que contient le jeu :

– Décompte intermédiaire : posséder
la majorité des abbayes d’un pays rapporte autant de points qu’il y a
d’abbayes en tout dans ce pays. Le deuxième joueur marque le nombre d’abbayes
que possèdent le premier joueur, et ainsi de suite, pays par pays.

– Décompte final en 3 étapes :
1/ Décompte des abbayes, pays par pays (identique au décompte
intermédiaire),
2/ Chaînes d’abbayes constituées : un point par abbaye présente
dans une chaîne de longueur 4 minimum (un seul décompte par abbaye),
3/ Alliances réelles entre pays obtenues par la majorité de conseillers
: 15 alliances de pays sont possibles, et chacune effectivement réalisée
rapporte autant de points qu’il y a de conseillers en tout dans les 2 pays.

Voilà grosso-modo les principes de ce jeu,
auxquels il faut ajouter la présence de cartes déterminant les
pays où l’on peut s’implanter. Ce système, basé sur la
règle du 3-2-1 (jouer au maximum 3 cartes par tour, pour placer au maximum
2 pions, dans un seul et même pays), rappelle beaucoup le principe de
cartes et de placement de Kahuna.

Très bien pensé, d’une durée
raisonnable, et faisant appel à des réflexions somme toutes poussées,
ce jeu est une vraie réussite. Certes, ce n’est pas le « gros »
jeu du samedi soir, mais c’est une alternative très intéressante,
pour peu que l’on ait au moins 3 joueurs et que l’on dispose de peu de temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 3 = sept