Le jeu des dalles de Gaudi

Type de jeu Placement
Construction
Objectifs secrets
Auteur Oriol Comas, Jep Ferret
Editeur (année) Casa (2003)
Nombre de joueurs 2 – 6
Durée de partie De 45 minutes à 1 heure 15
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – L’ambiance culturelle
autour du jeu (variations sur un thème),
– La simplicité des règles,
– L’identicité des tuiles, différentes seulement par leur
coloration,
– Le double système de points (animal-couleur),
– L’esthétique du jeu.
Les – – La trop grande évidence
des coups,
– La mauvaise exploitation des objectifs cachés,
– La grande difficulté pour bloquer ses adversaires,
– L’omniprésence du hasard : pioche, pioche et encore pioche.
Configuration idéale ? pour l’instant (certainement pas plus de 4)
Note subjective 13 / 20
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus de la boîte
(40 Ko)
Aides de jeu Variante en solitaire (107 KO en PDF)

Critique générale
Le Jeu des Dalles de Gaudi constitue une pièce de
choix dans une collection de jeux, car il associe au plaisir ludique l’attrait
d’un environnement culturel, basé sur le Passeig de Gracia à Barcelone.
Pour l’année internationale Gaudi, Oriol Comas et Jep Ferret, les auteurs,
ont décidé de créer un jeu de société qui
rende hommage au célèbre architecte espagnol, et qui présente
un intérêt fort tout en respectant l’oeuvre de l’artiste.
Le Jeu des Dalles est donc plus qu’un jeu, une sorte de divertissement poétique.

Le principe est très simple : vous disposez
d’un ensemble d’objectifs secrets que vous allez essayer de mettre en évidence
à votre profit sur un dallage qui s’élabore petit à petit.
Les objectifs de chaque joueur se définissent selon 2 axes : une couleur
(sur 3) et un animal (sur 3). Il est donc possible de croiser les 2, ce qui
offre un total de 6 objectifs par joueur.
Lorsque c’est votre tour de jouer, vous devez jouer au moins une tuile et jusqu’à
3, à condition de réussir à créer des animaux à
chaque pose (exceptée la première).
Dès que 3 dalles accolées créent l’un de vos objectifs,
à votre tour, vous placez un marqueur personnel sur celui-ci afin qu’en
fin de partie on puisse dénombrer combien vous marquez de points. L’intérêt
du jeu devrait se situer dans la préservation du caractère secret
des objectifs. Or, dans la pratique, il est impossible de dissimuler longtemps
ses intentions, puisque chaque marqueur posé complète les informations
des adversaires.
Par exemple, si l’un de vos adversaires place un marqueur sur un escargot orange,
puis un autre sur une méduse verte, vous saurez que ses objectifs sont
escargot et vert ou méduse et orange. A moins qu’il tente de reproduire
l’un des 2 animaux précédemment marqués, sa prochaine tentative
vous renseignera définitivement.

Le décompte des points est très logique
: 1 point lorsque l’un des 2 objectifs est réalisé, 2 points lorsque
les 2 le sont ensemble. Le vainqueur sera, bien entendu, le joueur ayant accumulé
le plus de points.

Bien fait, très joli une fois constitué,
le Jeu des Dalles de Gaudi se révèle un peu léger en terme
de possibilités, puisqu’il est bien difficile de jouer à long
terme (cela aurait possible si les objectifs secrets avaient pu le rester).
De plus, si vous piochez des tuiles de couleur qui ne vous intéressent
pas, vous risquez d’avoir du mal à marquer des points… Enfin, l’évidence
des meilleurs coups à chaque tour rend le jeu mécanique et ne
favorise pas les effets de surprise. Le seul moment où la réflexion
prend le dessus, c’est justement lorsque vos tuiles ne sont pas conformes à
vos objectifs et que vous allez soit jouer en essayant d’anticiper sur votre
prochain tour, soit tenter de bloquer vos adversaires en fermant des animaux
qui les intéressent (vous ne marquez pas de point, mais eux non plus).
Le jeu présente néanmoins de sérieux atouts, comme par
exemple la simplicité de ses règles et sa finesse générale
de graphisme et de technique de pose multiple (de 1 à 3 à condition
de créer des animaux).
En ce qui concerne les objectifs cachés, je suggère de ne pas
retirer de cartes avant l’attribution des objectifs lorsque l’on est 2 ou 3
joueurs (on peut ainsi se retrouver avec des objectifs qui se chevauchent et
donc les réalisations seront plus bataillantes).

Sympathique, tout comme son auteur d’ailleurs. Dommage
que le jeu ne soit pas distribué en France…
Si vous souhaitez le commander ou poser des questions à l’auteur : oriol@comascoma.com
ou sur le site : http://www.gaudipanot.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 − neuf =