[Les Poilus] L’extension « Aux Ordres ! » sort à Cannes…

Le jeu « Les Poilus« , sorti en février 2015, fut pour moi une révélation. J’adore tout dans ce jeu :
Son thème : pas la guerre de 14, non, mais les dégâts de celles-ci dans les têtes des pauvres soldats et l’amitié qui les unit au delà de tout ce qui est imaginable,
Son look : comment ne pas être bouleversé par les illustrations de Tignous ? Comment ne pas avoir une pensée émue à chaque partie en songeant à cet homme, dessinateur d’exception mais, surtout, engagé ?
Son mécanisme : un jeu coopératif de plus ? Non, 100 fois non ! Un jeu coopératif réellement immersif et tellement palpitant…
Son format : jouable en 30 / 45 minutes, tenant pratiquement dans la poche (dans celle de Didier Jacobée ça doit rentrer 🙂 ), le jeu est un condensé de ce que l’univers ludique peut apporter de mieux en un temps très court.

PoilusExt1

Pour le Festival des Jeux 2016, l’éditeur Sweet November vous fait, nous fait, un magnifique cadeau : une extension pour ce jeu qui a déjà fait date ! Oui, une petite boîte qui contiendra pas moins de trois nouvelles façons de découvrir, ou redécouvrir, Les Poilus. En effet, dans cette extension baptisée « Aux Ordres ! » à sortir le 26 février, vous pourrez :
– Jouer en solo,
– Jouer en duo avec de nouvelles règles (dont le Bleu qui est une sorte de novice à la guerre, forcément, le pauvre),
– Jouer de manière complètement différente en intégrant des cartes missions imposant de nouvelles contraintes de résolution.

Ça fait plus que promettre. Ça promet !
Je vous propose un petit tour au sein de cette boîte, dont j’ai eu la chance de lire les règles… Je me limiterai au troisième module, celui qui intègre de nouvelles cartes : les cartes de missions !

LES POILUS : AUX ORDRES !

Avec cette extension, on choisit un type de partie au départ : Les Classes, les Poilus ou Les Vétérans. Puis on prépare une pioche avec le nombre de cartes indiqué ci-dessus. Comme chaque type de mission comporte 13 cartes, il y a comme du renouvellement... La partie peut alors démarrer, sachant que le chef de mission ne décide pas du nombre de cartes pris par chacun, mais pioche deux cartes dans la pile de missions et en choisit une.
Avec cette extension, on choisit un type de partie au départ : Les Classes, les Poilus ou Les Vétérans. Puis on prépare une pioche avec le nombre de cartes indiqué ci-dessus. Comme chaque type de mission comporte 13 cartes, il y a comme du renouvellement… La partie peut alors démarrer, sachant que le chef de mission ne décide pas du nombre de cartes pris par chacun, mais pioche deux cartes dans la pile de missions et en choisit une.
Une carte dite normale à présent : "Consigné". Là, les choses pourraient bien se gâter : le joueur désigné par le chef de mission ne pourra pas jouer plu d'une action ce tour ! On devine aisément qu'on aura intérêt à ce que ce soit le joueur ayant le moins de cartes en main, mais bon, à voir... A noter que, heureusement, cette carte disparaîtra à la fin de la mission en cours, ce qui n'est pas le cas de toutes les cartes (certaines se cumulent)...
Une carte dite normale à présent : « Consigné ». Là, les choses pourraient bien se gâter : le joueur désigné par le chef de mission ne pourra pas jouer plu d’une action ce tour ! On devine aisément qu’on aura intérêt à ce que ce soit le joueur ayant le moins de cartes en main, mais bon, à voir… A noter que, heureusement, cette carte disparaîtra à la fin de la mission en cours, ce qui n’est pas le cas de toutes les cartes (certaines se cumulent)…
Et voici la meilleure pour la fin (enfin : une des deux, je réserve à l'éditeur la primeur de l'autre...). Avec cet "Assaut Final", les joueurs peuvent tenter le tout pour le tout au lieu de réaliser l'une des deux missions qu'aurait pu choisir le chef de mission. L'idée est bourrine ET basique : on distribue toutes les cartes d'épreuve restantes et il faut gagner la mission en cours en défaussant toutes ses cartes ! Ah oui, ça ne rigole pas ! En même temps, rigole-t-on à la guerre ?
Et voici la meilleure pour la fin (enfin : une des deux, je réserve à l’éditeur la primeur de l’autre…). Avec cet « Assaut Final », les joueurs peuvent tenter le tout pour le tout au lieu de réaliser l’une des deux missions qu’aurait pu choisir le chef de mission. L’idée est bourrine ET basique : on distribue toutes les cartes d’épreuve restantes et il faut gagner la mission en cours en défaussant toutes ses cartes ! Ah oui, ça ne rigole pas ! En même temps, rigole-t-on à la guerre ?
Petit exemple de carte dite "facile". D'abord à deux ou trois joueurs chacun prend au moins 3 cartes, à quatre ou cinq joueurs chacun en prend au moins 2. Puis la carte indique que la Nuit n'est pas un critère de fin. Cool ! Même si de multiples cartes avec la Nuit sortent, la mission ne sera pas perdue. Clairement une carte avantageuse... Du coup, on peut même imaginer que le chef de mission incite à prendre plus de cartes en main. A voir avec le jeu.
Petit exemple de carte dite « facile ». D’abord à deux ou trois joueurs chacun prend au moins 3 cartes, à quatre ou cinq joueurs chacun en prend au moins 2. Puis la carte indique que la Nuit n’est pas un critère de fin. Cool ! Même si de multiples cartes avec la Nuit sortent, la mission ne sera pas perdue. Clairement une carte avantageuse… Du coup, on peut même imaginer que le chef de mission incite à prendre plus de cartes en main. A voir avec le jeu.
Et voici une carte dite Difficile : "Gaz moutarde". En effet, là, ça craint : à chaque coup dur joué on baisse le moral de 1, sans compter que la carte reste en jeu jusqu'à ce que 5 cartes pluie et/ou masque aient été jouées (on les empile au fur et à mesure sous cette carte pour s'en souvenir).
Et voici une carte dite Difficile : « Gaz moutarde ». En effet, là, ça craint : à chaque coup dur joué on baisse le moral de 1, sans compter que la carte reste en jeu jusqu’à ce que 5 cartes pluie et/ou masque aient été jouées (on les empile au fur et à mesure sous cette carte pour s’en souvenir).

N’ayant pas encore joué avec cette extension, je me bornerais à dire que j’ai plus que hâte de l’intégrer à mon jeu de base, tant j’avais aimé celui-ci…

Parmi les idées que j’ai le plus aimées, je retiendrais :
– La carte Assaut Final et son autre face…
– La variété nouvelle créée par les missions spéciales (déclinables à l’infini, ou presque, d’ailleurs…),
– La possibilité de Repli Stratégique : au lieu de se replier simplement, le premier joueur à se replier peut décider, en son âme et conscience, de reposer sur la pile d’épreuve une carte de sa main… A bon entendeur…
– L’envie de l’éditeur et des auteurs de faire vivre ce jeu : MERCI !!!

Les Poilus, extension Aux Ordres ! sera disponible au Festival des Jeux de Cannes 2016, sur le stand de Sweet November (11-01 et 31-04). Vous y passerez ? Moi aussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× cinq = 5