Marsupilami Folies

Type de jeu Adresse
Rapidité
Auteur
Editeur (année) Ideal (1994)
Nombre de joueurs 2 – 4
Durée de partie 5 minutes par manche
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème Innaproprié
Qualité des mécanismes
Les + – Le jeu débile
par excellence,mais qu’est-ce que ça défoule !
– L’obligation de ne pas tirer comme un bourrin pour atteindre la cible
régulièrement,
– Regarder ses adversaires courir après leur bille tombée
au sol pendant que vous continuez,
– Le jeu en 3 manches gagnantes.
Les – – Le mal de poignet à
l’issue de la partie,
– Le bruit indescriptible qui se dégage du jeu.
Configuration idéale Le maximum pour le fun
Note subjective 12 / 20
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus de la
boîte (34 Ko)
Aides de jeu

Critique générale

Si vous croyiez avoir déjà joué à un jeu
débile, en pensant par exemple au Fou
Volant
ou encore à Brise
Glace
, essayez donc Marsupilami Folies (déjà rien que
le nom…) et vous verrez qu’il n’en était rien ! Je peux vous
jurer que ce jeu dépasse aisément ces illustres prédécesseurs
au niveau de son sens de la subtilité…Alors voilà le topo : vous disposez d’un flipper, comme au bon
vieux jeu du même nom, avec lequel vous allez essayer de projeter
une bille de plomb contre une cible rectangulaire située à
la base d’un tronc d’arbre. A chaque frappe, le marsupilami de votre couleur
grimpe d’un cran. Vous l’avez déjà deviné : le but
du jeu est d’être le premier à faire tomber son marsupilami
au creux de l’arbre, une fois que celui-ci aura atteint le sommet ! Et
ce n’est ni facile, ni reposant ! On a mal au poignet assez vite et je
pourrais même dire que l’on a affaire à un jeu d’endurance…


Une chute du marsupilami bleu au centre de l’arbre et c’est une manche
de remportée pour le joueur bleu…

 


Ils sont pas beaux ces grands enfants là…

Je vous conseille de jouer à ce jeu
diabolique en 3 manches gagnantes (comme à Roland Garros 😉
afin d’avoir le droit de souffler pendant l’une d’entre elles et de
rendre le jeu plus intéractif (quand l’un des joueurs a remporté
2 manches, je peux vous dire que ça cravache dur après
pour les autres…).

On n’a clairement pas afaire à un
jeu malin, mais on a affaire à un bon vieux jeu de défoulement
comme on en fait peu. Ce qui ne gâche rien, c’est qu’il ne sert
à rien de frapper sur son flipper comme un forcené car
cette technique trouve sa limite : en effet, une sorte de trajectoire
en boucle s’opère alors pour la bille et son marsupilami ne s’élève
guère. La meilleure technique, mais la plus difficile à
tenir sur le long terme, est celle de la frappe régulière,
comme un tempo. Plus facile à dire qu’à faire, et c’est
ce qui est si bon…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


cinq + = 7