Mimikry

Type de jeu Placement
Optimisation
Auteur
Editeur (année) Ravensburger (1989)
Nombre de joueurs 1
Durée de partie 15 minutes
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – Le fait de pouvoir jouer
en solitaire,
– Les implications successives des déplacements,
– L’anticipation mathématique.
Les – – Le côté
froid du jeu rappelant le Solitaire,
– La répétitivité des parties,
– Le déterminisme du jeu (n° de lignes figés).
Configuration idéale 1 de toute manière
Note subjective 11 / 20
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus de la boîte
(46 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Un jeu conçu pour être pratiqué en solitaire,
cela ne court pas les rues, et c’est pourquoi lorsque j’ai déniché
Mimikry en brocante, je me suis empressé de le prendre. Ensuite, au delà
de cette caractéristique initiale, le jeu est-il intéressant ?

A vrai dire, Mimikry ressemble à un solitaire
par plusieurs côtés :
– Déplacement de pièces sur un support fixe sur des emplacements
vides,
– Elimination des pièces déplacées,
– Objectif d’éliminer le plus de pièces possibles.

Dans la pratique, ce jeu confirme cette impression
de clone du Solitaire, se montre plaisant, et contient quelques originalités
sympathiques :
– La capacité de déplacement dépend de la ligne où
se trouve la pièce (valeur fixe pour la ligne),
– Les déplacements pouvant se faire aussi bien en ligne droite qu’en
diagonale, il est possible de les exécuter horizontalement (même
ligne), ce qui se révèle fort utile pour éliminer en série
les pièces des lignes 1).

Au final, Mimikry n’est pas un jeu fantastique mais
il tire son épingle du jeu pour 3 raisons essentielles : jouable en solitaire,
matériel de qualité et excitation calculatoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


3 × = vingt sept