Mission Planète Rouge

Type de jeu Gestion de main
Conquête
Auteur Bruno Cathala & Bruno Faidutti
Editeur (année) Asmodée (2005)
Nombre de joueurs 3 – 5
Durée de partie De 1 heure à 1 heure 30 minutes
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – Le thème et le
look du jeu, mystérieux et tout à fait julevernesque,
– Le mariage heureux entre rôles et majorité (le meilleur
de l’école française et allemande),
– La diversité des imbrications possibles,
– Le système de calcul des scores,
– La simplicité élementaire des règles.
Les – – Le chaos apparent et
qui gènera certains joueurs allergiques à ce manque de contrôle,
– Les erreurs d’édition dans ma boîte 🙁
Configuration idéale ? pour l’instant
Note subjective 17 / 20 (première
impression)
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus de la boîte
(31 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Le voici, le voilà, le jeu référence
(pour moi) dans la gamme grosse boîte carrée d’Asmodée !
Un excellent jeu de personnages à choisir et de majorité à
s’approprier avec des petits cubes dans des zones. Un mariage improbable entre
Citadelles et El
Grande
, une vraie réussite…

Dans ce jeu, chaque joueur représente une compagnie d’explorateurs
à la recherche de précieux minerais martiens, lesquels sont
remis aux joueurs les plus présents dans chaque zone de la planète
rouge. Pour ce faire, à chaque tour de jeu (il y en a 10), les
joueurs commencent par sélectionner l’un des personnages qui leur
restent en main (chacun possède le même set de 9 cartes au
départ). Chaque personnage peut réaliser une action particulière
et faire le choix du moment où jouer tel ou tel personnage s’avère
être le coeur du jeu. Une fois que chaque joueur a placé
devant lui, face cachée, une carte, le premier joueur appelle,
comme à Citadelles, les personnages dans l’ordre de leur numéro
(1 à 9) et les joueurs réalisent alors leur action (placement
d’astronautes dans les navettes, déplacement sur Mars, décollage
de planète, explosion, …). Si plusieurs joueurs ont joué
la même carte, leurs actions se font dans l’ordre de la table. A
noter que la limitation en nombre de places dans les navettes incite à
jouer des cartes de numéro pas trop élevé, mais comme
les cartes à grand numéro sont en général
plus puissantes, ben c’est un peu cornélien quoi… Surtout que,
et je l’avais gardé pour la fin, les cartes jouées sont
indisponibles jusqu’à ce que vous jouiez un Recruteur, le seul
personnage permettant de reprendre toutes ses cartes en main…


La planète Mars n’est plus un astre dépeuplé et
inculte…


Autant de navettes que de joueurs présents sont mises en place
en attente d’astronautes prêts à rallier la planète
rouge…

Une fois que chaque joueur a exécuté l’action de son personnage,
les navettes ayant atteint leur capacité maximale décollent
et atterissent dans les régions indiquées sur leur façade.
Les astronautes sont placés dans les dites-régions, puis
un nouveau tour commence, sauf si l’on est en fin de tour 5, 8 ou 10,
où un décompte a lieu : région par région,
le joueur qui possède le plus d’astronautes gagne 1 jeton de la
ressource présente sur cette région, au tour 5, 2 jetons
au tour 8 et 3 jetons au tour 10. Si plusieurs joueurs sont à égalité,
les jetons sont divisés, si possible, entre les joueurs présents,
sinon les jetons restent sur la région.
La partie s’arrête en fin de 10ème tour et on procède
au décompte final : chaque joueur additionne ses jetons reçus
(1, 2 ou 3 points selon la ressource) + 9 points pour le joueur ayant
le plus de jetons de glace (les moins lucratifs à la base : 1 point
par jeton) + des éventuels points de bonus (en lien avec des cartes
d’évenements faiduttesques 😉

La partie s’achève alors et Mars est définitivement colonisée
par les humains…

Extrêmement intéractif,
ce jeu est une vraie réussite, avec des règles simplissimes, des
parties variées (personnages, évenements) et un système
de score très malin (les jetons les moins intéressants peuvent
rapporter 9 points de bonus).
Les 2 Bruno nous ont donc gratifié d’un petit bijou ludique, un jeu très
simple à aborder mais néanmoins très riche, avec une harmonie
très bien rendue. Encore bravo !

Seul gros bémol :
ma boîte de jeu, j’espère unique dans son genre 🙁 , comporte
2 grosses anomalies, dont une est assez préjudiciable à la jouabilité
:
– Le plateau des navettes est positionné totalement de travers, ce qui
gâche l’esthétique des composants,
– Et surtout, 4 des navettes de ma boîte ont été victimes
d’un décalage lors de l’impression, ce qui laisse un blanc de près
d’un centimètre en haut de celles-ci et donc on les repère instantanément
dans la pioche cachée (3 mènent à Hellas, donc si on veut
y aller, on sait si cela sera possible rapidement ou non). Dommage, vraiment,
surtout pour un jeu très loin de l’auto-édition…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 × huit =