Nuggets

Type de jeu Placement
Bluff
Auteur Christwart Conrad
Editeur (année) Winning Moves (2003)
Nombre de joueurs 2 – 4
Durée de partie De 20 à 30 minutes environ
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – Le placement commun
des barrières (comme dans Löwenherz),
– La possibilité de jouer en équipe de 2,
– La contrainte liée à l’interdiction de créer des
zones inférieures à 4 cases,
– La simplicité générale du jeu en regard de ses
qualités tactiques.
Les – – Le faible intérêt
de placer rapidement ses jetons puisque toutes les cases seront forcément
remplies (variante à voir).
Configuration idéale ? pour l’instant
Note subjective 14
/ 20 (première impression)
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus de la boîte
(31 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Nuggets est l’une des dernières productions de l’auteur
de Pfeffersäcke, passée
totalement inaperçue lors de sa sortie au salon d’Essen, mais que j’ai
impulsivement acheté pour la conséquente somme de… 6 euros,
à un revendeur allemand qui n’avait visiblement pas vu que c’était
une nouveauté…

Dans ce jeu de bluff, qui me fait penser à
Tyrus sur cet aspect et à Löwenherz
pour le placement de frontières, on doit s’octroyer le plus fort total
dans les zones où figurent des blocs marqués (de 4 à 8),
à l’aide de jetons colorés que l’on dépose face cachée.
La position des blocs est déterminée précisément
au départ, aussi on est en mesure de savoir pour quoi l’on mise, sachant
que les jetons de chaque joueur sont identiques et que les valeurs s’échelonnent
de 1 à 5 avec une très grosse proportion de valeur 1. A son tour
de jeu, on ne réalise qu’une seule action sur les 2 possibles :
– Placement d’un de ses jetons face cachée sur une case vide du plateau,
– Placement de 2 barrières, à la seule condition que, ce faisant,
on ne crée jamais de zone de taille inférieure à 4 cases.
Dès que plus personne ne peut jouer, la partie s’arrête et on retourne
alors les jetons des joueurs, avant d’attribuer les blocs marqués aux
joueurs en fonction de leur total, zone par zone. Le plus fort total désigne
le vainqueur : un modèle de simplicité !

Dans la pratique, le jeu tourne très bien
et ce côté savoureux de placer des barrières qui serviront
aussi aux autres joueurs est un grand plaisir qui rappelle évidemment
le placement des frontières à Löwenherz.
Mais Löwenherz c’est 2 heures
de jeu… Le jeu à 4 joueurs est également bien agréable
avec son système en équipe de deux qui oblige à ruser pour
être compris de son adversaire lorsque l’on place un jeton très
faible en voulant faire croire que c’est une grosse valeur qui s’y trouve…
Le seul problème, à mon avis et basé sur bien peu de parties
pour l’instant, est que l’ensemble des cases doit être remplie pour que
le jeu s’arrête. Si je puis m’autoriser des variantes à ce sujet,
j’ai envie de dire que le jeu y gagnerait certainement dans l’un des cas suivants
:
– Le jeu s’arrête dès qu’aucune barrière ne peut plus être
placée sans respecter la contrainte de zone de 4 cases : les joueur squi
n’auront pas pris les devants en plaçant leurs jetons auparavant auront
un gros stock inutilisé devant eux,
– Il est interdit de placer des jetons dans une zone de taille 4 précisément
: les jetons déjà placés sont validés, mais aucun
ne peut plus être ajouté, ce qui oblige à encore plus de
réflexion.
Comme je l’ai dit plus haut, ces 2 variantes méritent d’être testées
car le potentiel du jeu me paraît très élevé, mais,
que, dans l’état actuel de son fonctionnement, il laisse un peu sur sa
faim.
Bientôt plus de précisions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


deux − = 1