Paeva Poker

Type de jeu Combinaison
Prise de risque
Calculs
Auteur Albert Raguenes
Editeur (année) Kerlud (2004)
Nombre de joueurs 2
Durée de partie 45 minutes (si temps de reflexion limité)
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème Inapproprié
Qualité des mécanismes
Les + – Le côté
désuet de ce jeu de lettres en 2004,
– La simplicité de la règle.
Les – – Les enchères
qui ne se font que de 10 en 10,
– La part toujours aussi importante de la connaissance de vocabulaire
dans ces jeux,
– Les valeurs bizarres des lettres (3 points pour les voyelles en général
!).
Configuration idéale 2 joueurs (seule configuration)
Note subjective 11 / 20 (première
impression)
Nombre de parties effectuées De 1 à 5
Illustrations Dessus du sachet
(15 Ko)
Aides de jeu

Critique générale


Le matériel est assez élégant, avec un set de
lettres bleues et rouges et un sachet de tissu au look artisanal…

20 lettres sont ainsi disposées sur la table et chaque joueur
dispose d’environ 5 minutes pour réfléchir aux mots qu’il
pense pouvoir créer avec ce tirage. Puis, le premier joueur annonce
combien de points il pense réaliser avec les lettres proposées.
L’annonce doit être un multiple de 10, ce qui oblige à estimer
son score avec largesse ou à prendre des risques, c’est selon le
caractère de chacun…


A l’aide du tirage précédent, deux groupes de mots ont
été constitués et une seule lettre bleue se retrouve
hors course…

Albert Raguenes, auteur franc-comtois fort sympathique, a décidé
d’auto-éditer ses créations via Kerlud, sa petite boîte
à lui. Ainsi, après Le
Jeu d’Albert
en 2003, voici Paeva Poker, une version à 2 joueurs
considérablement modifiée de son jeu de lettres Paeva inventé
il y a plusieurs années.Dans ce jeu, chacun des deux joueurs essaie de marquer un maximum de
points en réalisant des mots lucratifs à partir d’un tirage
de lettres commun, mais attention, car il convient de ne se servir que
des lettres bleues puis des lettres rouges. Autrement dit, se constitueront
sur la table un ensemble de mots bleus, puis un ensemble de mots rouges.


Un exemple de tirage qui comporte 11 lettres rouges er 9 lettres bleues…

A tour de rôle les joueurs peuvent surenchérir jusqu’à
ce que l’un d’eux ne soit pas contesté. A ce moment-là,
il dispose les lettres comme il l’entend, dans un temps raisonnable (en
général, on ajuste ses choix en direct, car il est tellement
plus simple de voir les mots se croiser sur la table plutôt que
dans sa tête…) puis l’autre joueur comptabilise les points. Les
points, justement, s’obtiennent en additionnant la valeur de chaque lettre
posée, éventuellement plusieurs fois si certaines se croisent
(identiquement au scrabble mais l’originalité, ici, vient du fait
que les voyelles rapportent en général plus que les consonnes).
Si le joueur atteint ou dépasse son annonce, il marque un nombre
de points égal à celle-ci, dans le cas contraire, c’est
son adversaire qui enregistre les gains. Puis, une nouvelle manche commence
jusqu’à ce que 12 manches aient eu lieu.

Paeva Poker est donc un petit jeu de lettres sympathique, pas révolutionnaire
il est vrai, mais qui tourne convenablement avec une facette d’enchère
qui rappelle la quoinche et qui suscite de l’enthousiasme. On déplorera
seulement que les enchères ne soient faites que de 10 en 10 (mais
cela limite les temps de réflexion calculatoire) et que les valeurs
des lettres soient aussi bizarres (souvent on a intérêt à
faire de tout petits mots croisés sur les voyelles).
Au final, ce jeu plaira donc aux amateurs de jeux de lettres qui apprécient
d’en découvrir de nouveaux, pas forcément trop novateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 6 = huit