Polterdice

Type de jeu Parcours
Prise de risque
Auteur Spartaco Albertarelli
Editeur (année) Kidult Games (2003)
Nombre de joueurs 2 – 5
Durée de partie De 45 mintes à 2 heures
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – L’exceptionnelle qualité
du matériel,
– Les splendides illustrations du jeu,
– Le système emprunté à Can’t
Stop
.
Les – – La répétitivité
du jeu,
– La durée excessive des parties,
– La présence double des valeurs numériques (si l’on veut
on ne s’embête pas),
– La fadeur du jeu à 2 (retrait des polterdice, jeu dans son coin,
…).
Configuration idéale Certainement 4 ou 5
Note subjective < 10
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus de la boîte
(59 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
PolterDice est l’un des plus jolis jeux que j’ai reçus
récemment de la part d’un éditeur :
– Des graphismes superbes d’humour et de tendresse,
– Des pions en bois très colorés, un peu comme les visiteurs de
ZooSIM,
– Des pièces d’or et d’argent, en bois, très agréables
à manipuler,
– 8 dés de belle qualité,
– Des cartes permettant de créer un plateau modulaire et renouvelé.

La boîte carrée est donc clairement un bel objet que je soigne
et que je manipule régulièrement, tant elle attire l’oeil et suscite
l’envie de jouer. Et le jeu que vaut-il ?

En fait, il faut savoir
que l’auteur a créé ce jeu, en ayant une pensée émue
pour Sid Sackson, le génial créateur américain disparu
à l’automne 2002, et qu’il a donc basé sa mécanique sur
celle utilisée dans l’un des jeux phares de Sid Sackson : Can’t
Stop
. Les joueurs vont donc participer à un jeu de hasard et de prise
de risque, puisque chaque lancer des 8 dés s’accompagne de constitution
de couples de dés pour obtenir 4 nombres magiques. Ces 4 nombres correspondent
à des pièces dans lesquelles les joueurs vont récupérer
des trésors, pour peu qu’ils soient les premiers à parvenir en
haut de l’escalier de chacune d’elle.
Comme pour son aîné, PolterDice offre des facettes tactiques intéressantes
:
– Doit-on se concentrer sur un ou deux escaliers pour être sûr d’obtenir
le trésor ?
– Doit-on varier ses objectifs pour espérer gagner plus au final ?
– Doit-on essayer d’isoler ses pions dans des pièces peu fréquentées
ou, au contraire, venir chatouiller ceux de vos adversaires pour leur voler
leur trésor ?
– …

Le jeu semble donc prometteur
et la qualité du matériel, couplé à ces considérations
tactiques, permet d’envisager une belle variation à Can’t
Stop
.
Sans dire que PolterDice ne fonctionne pas, disons que le jeu souffre de plusieurs
défauts qui lui sont très préjudiciables :
– La répétitivité des coups engendre une certaine lassitude,
– La durée des parties est complètement disproportionnée
par rapport au type de jeu,
– Le jeu n’est pas très amusant à moins de 4 joueurs, chacun jouant
un peu dans son coin.

Un jeu sympa, sans plus,
très joli heureusement, mais qui n’est pas un incontournable des jeux
récents. Chez le même éditeur, je préfère
Dicerun, qui a le mérite
d’innover assez radicalement avec sa course poursuite de dés et ses objectifs
cachés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− quatre = 3