Pueblo

Type de jeu Placement
Construction
Auteur Wolfgang Kramer, Michael Kiesling
Editeur (année) Ravensburger (2002)
Nombre de joueurs 2 – 4
Durée de partie Environ 1 heure
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – La forme des pièces
et la matière utilisée,
– La corrélation entre l’avancée du chef et l’obligation
de se cacher au dernier moment,
– La simplicité des règles et la profondeur tactique.
Les – – La froideur de l’abstraction
mathématique qui peut rebuter certains,
– L’impression que le gagnant est celui qui s’est montré le plus
discret et le moins dangereux.
Configuration idéale 3 joueurs pour la mixité entre contrôle et chaos
Note subjective 19 / 20
Nombre de parties effectuées Entre 6 et 10
Illustrations Dessus de la boîte
(48 Ko)
avec la griffe de Wolfgang Kramer !
Aides de jeu

Critique générale
Et encore un jeu de Wolfgang Kramer dans la ludothèque
de Ludo le gars ! Et oui, il faut dire que j’adore les productions de cet auteur
germanique que l’on ne présente plus.

Dans Pueblo, chaque joueur
est un architecte qui participe à la construction d’un village en plaçant
des blocs de pierre soit de sa couleur, soit de couleur neutre. Obligation est
faite de demeurer le plus modeste possible, ce qui se traduit par des efforts
de dissimulation de sa couleur dans l’édifice.
Concrètement, à chaque tour où un joueur place un bloc
de sa couleur, il s’efforce de le placer le plus discrètement possible,
et en tout cas jamais à la vue directe du chef du village qui effectue
un tour de celui-ci, et qui regarde perpendiculairement à son déplacement.
Bien entendu, les blocs de pierre ne sont ni des cubes ni des cylindres, mais
des formes bizarroïdes, dont l’assemblage de 2 forme un cube parfait. Il
en résulte des situations cocasses lorsque vous essayez et ré-essayez
de placer un bloc dans un espace précis, convaincu qu’il doit tenir,
non mais des fois !!!

Le vainqueur est le joueur
qui aura reçu le moins de points de pénalités, sachant
que le chef du village en attribue aux architectes qui placent leurs blocs de
couleur de manière trop visible.

Pueblo est un jeu pour amoureux
des volumes et des représentations spatiales, et c’est un jeu que l’on
adore ou que l’on déteste, en fonction de ses goûts pour les configurations
3D.
En tout cas, moi j’apprécie énormément ce jeu, que je trouve
très innovant et infiniment riche.
Un must, un vrai.

Une réponse à “Pueblo”

  1. Rétroliens : [Sélection] Jeux abstraits |

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


sept × = 14