Reibach & Co

Type de jeu Combinaison
Calculs
Auteur Alan Moon, Mick Ado
Editeur (année) FX Schmid (1996)
Nombre de joueurs 2 – 5
Durée de partie 30 minutes environ
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – La simplicité
des mécanismes,
– La gestion de la prise de risque liée aux sorties aléatoires
des cartes $,
– Le système de pioche face visible.
Les – – La place prépondérante
du hasard (multi-niveaux),
– Le jeu guidé par les cartes en main.
Configuration idéale ? pour l’instant
Note subjective 13 / 20
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus
de la boîte (43 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Reibach & Co est un jeu du prolifique Alan Moon dans
lequel vous devez investir dans des domaines tels que les compagnies aériennes,
les casinos ou les meubles anciens, afin d’être le plus influent dans
chacun de ces domaines.
La mécanique, ultra-simple consiste uniquement en la constitution de
collections dans différents types de cartes, chacune étant exposée
sur la table. Il est possible d’allonger sa collection lorsque l’on a l’une
des cartes qui convient en main ou la stopper en plaçant une carte doublant
les gains. Un système éprouvé dans de nombreux jeux (Kahuna,
Sans Foi Ni Loi, …) permet de choisir
des cartes face visible (pour 1 point d’action) ou face cachée (pour
2 points d’action). Poser une carte de sa main sur la table coûte également
1 point d’action
.
10 cartes $ sont intégrés à la pioche et un décompte
a lieu lorsque sort la 4ème carte £, la 7ème et la 10ème
interrompant d’ailleurs la partie. Seuls les premier et deuxième joueurs
majoritaire dans chacune des collections marquent des points et, ce, d’autant
plus si l’un d’entre eux a le monopole d’un domaine. En fin de partie, les cartes
en main non posées et les cartes de début de collection non poursuivie
infligent des pénalités aux joueurs concernés.

Très simple, le jeu
n’en est pas moins assez malin, puisqu’il y a des choix à faire à
plusieurs reprises et que l’on est obsédé par les sorties des
cartes $. Mieux vaut, souvent, avoir placé beaucoup de cartes sur la
table, mais pas toujours, car sachant que 9 cartes seulement sont disponibles
par domaine, il vaut mieux, parfois, attendre un peu d’en avoir plusieurs pour
ne pas investir dans des actions où l’on risquerait de se faire doubler
très rapidement.

Un bon petit jeu d’apéro,
sans prétention, mais agréable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


deux + = 5