So ein Zirkus

Ce jeu fait partie de la Ludothèque de Maitena

Type de jeu Placement
Parcours
Mémoire
Auteur Volker Schäfer
Editeur (année) Bambus Spieleverlag ()
Nombre de joueurs 2 – 4
Durée de partie 10 minutes environ
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – Le caractère
exceptionnel du matériel,
– L’interdiction de faire reculer des clowns, excepté lorsque la
face noire du dé sort,
– Prendre d’assaut certains trous, même de petite valeur, car il
n’y en a pas assez pour tous.
Les – – La très grande
part de hasard,
– L’importance du dernier trou par rapport aux autres,
– Le non-départage des ex-aequos (fréquent).
Configuration idéale ? pour l’instant
Note subjective 12 / 20
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus
de la boîte (43 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Dans ma besace allemande, comprenez : rapportée du
salon d’Essen 2003, figurent quelques boîtes à destination de ma
fille. Parmi celles-ci, se trouve la splendide boîte jaune et rouge de
Bambus : So Ein Zirkus. Ce jeu est d’une beauté sans nom, avec des clowns
en bois clair creux (pour recevoir 3 billes de bois chacun) et un plateau en
bois d’une épaisseur de plus d’un centimètre ! Splendide.

Le jeu consiste en un parcours
de quelques cases de long sur 3 colonnes de large, parsemé de trous circulaires,
au départ duquel se trouvent 3 clowns. Chaque joueur possède 3
billes à sa couleur qui vont être inrégrées progressivement
dans les clowns, en s’empilant, et qui vont, par l’avancée des bonshommes,
se retrouver dans les trous du parcours. Le mécanisme de progression
se résume à un dé coloré, où figure une face
par couleur de bille, plus une blanche et une noire. Lorsqu’un joueur roule
une face colorée, il a le choix entre placer une bille de cette couleur
dans l’un des clowns (à concurrence de 3 par clown) et faire avancer
un clown sur le parcours, à condition qu’il possède une bille
de cette couleur au sommet (sa capacité de déplacement est égal
au nombre de billes qu’il contient). Si la face blanche sort, le joueur actif
choisit la couleur qu’il souhaite ; si c’est la face noire, il peut, s’il préfère,
faire reculer l’un des clowns sur l’une des cases de départ.
Si un trou est survolé, la bille du dessous va y tomber et rester à
cet endroit jusqu’à la fin de la partie. Le jeu s’arrêt lorsque
le dernier trou est occupé par une bille, même si certains trous
sur le parcours ne sont pas occupés. Les points sont comptabilisés
en fonction des trous occupés par les billes des joueurs, avec plus de
points pour les trous éloignés. Le vainqueur est celui qui totalise
le plus de points.

Comme les trous n’ont pas
des valeurs égales et qu’il n’y a pas assez de trous pour accueillir
toutes les billes des joueurs, il en résulte un jeu assez tactique où
il ne faut pas toujours se ruer sur le dernier trou, mais où il peut
être bien vu de prendre d’assaut les premiers trous histoire de marquer
des points. En même temps, si les points se répartissent trop,
celui qui réussira à placer l’une de ses billes dans le dernier
trou gagnera sans problème…

So ein Zirkus est donc un
bon petit jeu de placement, où la mémoire n’est pas exclue puisqu’il
faut se souvenir de l’ordre des billes empilées dans les clowns, mais
il ne révolutionne pas l’univers des jeux de société.
Je le vois comme un jeu idéal pour les plus jeunes dans un objectif d’apprentissage
tactique. Les adultes peuvent ainsi y jouer avec leurs enfants en y prenant
du plaisir. Sympa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


1 × = deux