Stephensons Rocket

Type de jeu Placement
Construction
Auteur Reiner Knizia
Editeur (année) Pegasus Spiele (1999)
Nombre de joueurs 2 – 4
Durée de partie De 1 heure 30 à 2 heures
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Configuration idéale 4 joueurs (interactivité, blocage)
Note subjective 16 / 20
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus de la
boîte (36 Ko)

Situation de
fusion (56 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Ce jeu semble être un monument
de complexité, et la première partie n’est pas là pour
contredire cette impression…

Magnifiquement conçu et très joliment
illustré, ce jeu de Reiner Knizia ne dépareille pas dans la logique
mathématique de son auteur : placements à optimiser, lignes à
maximiser, nombre d’actions inutiles à minimiser, réflexion à
maintenir constante tout au long de la partie et à accroître encore
un peu plus sur la fin.
Un tel jeu se doit d’être préparé par un joueur ayant déjà
eu l’occasion de le pratiquer, car il paraît illusoire d’attaquer seul,
sans l’aide d’un connaisseur, tant les règles sont touffues et interprétables.
Heureusement encore que François Haffner nous gratifie d’une traduction
digne de ce nom (sa
version des règles
)…

Le thème de l’expansion ferroviaire est très
bien rendu et l’intéractivité générée très
plaisante, ce qui fait de ce jeu un must pour les amateurs de jeux costauds.
Stephensons Rocket n’est pas un jeu léger, il peut paraître même
un peu lourd à certains, mais est conforme aux habitudes de Knizia :
en clair, on en a pour ce que l’on est venu en chercher.

Moi j’ai aimé, sans réserve, et j’attends
d’autres parties pour mieux mesurer quelles sont les actions lucratives et celles
qui ne rapportent rien. En effet, ce jeu fait partie de la grande famille des
jeux dans lesquels il est impensable de mesurer la portée de ses actions
à la première partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


quatre + 5 =