Syllabus

Type de jeu Observation
Combinaison
Rapidité
Auteur Axel de La Taille
Editeur (année) Cocktail Games (2005)
Nombre de joueurs 2 – 6
Durée de partie Environ 15 minutes
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème Inapproprié
Qualité des mécanismes
Les + – On se prend au jeu inévitablement,
– L’obligation de chercher non pas le meilleur coup mais le plus rapide
qui vient,
– La tension générée par l’épuisement des
cartes chez vos adversaires.
Les – – Les double mots obtenus
par hasard.
Configuration idéale Peu importe, le jeu est tendu
Note subjective 14 / 20
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus
de la boîte (39 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Syllabus est l’un des 3 nouveaux jeux de la gamme des jeux
de poche, une bien belle petite gamme pour tous les amateurs de jeux toujours
vite appris, vite joués et souvent vite appréciés.


Les possibilités de placement deviennent rapidement très
nombreuses et il n’est pas facile de voir un coup qui serait avantageux
(coup double donnant droit à une défausse)…

Dans ce jeu, il est question de mots de 2 syllabes à créer
de manière phonétique. Par exemple, MARTEAU s’écrira
peut-être MARE-TO sans problème.
Chaque joueur reçoit en début de partie un tas de cartes
face cachée et une carte est placée au centre de la table
: ce sera la carte de départ. Le premier joueur retourne la carte
supérieure de son paquet et tous les joueurs réfléchissent
comme des malades pour accoupler cette carte à celle déjà
posée. Comme chaque carte contient 4 syllabes (une par côté),
il faut avoir l’oeil vif et le taux d’alcool plutôt bas 😉 si l’on
veut trouver avant ses petits camarades. Parce que c’est bien de cela
qu’il s’agit : trouver un placement valide en premier. Le bénéfice
est immédiat puisqu’on retourne alors une carte de son paquet,
carte qui devra être assemblée à l’une de celles du
centre. Et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’un joueur n’ait plus de
carte, ce qui le désigne comme vainqueur.
Et c’est presque tout. Si vous réussissez à placer une carte
dans un emplacement « double », vous pouvez vous défausser
d’une carte de votre tas que vous remettez au joueur de votre choix. Sympa,
en fin de partie, lorsque deux joueurs sont au coude à coude. Deuxième
précision : si une carte n’est pas placée (impossibilité
temporaire), elle reste disponible pour un placement ultérieur,
ce qui donneraun droit de défausse au joueur qui y parvient.Syllabus est donc un jeu de rapidité élémentaire
mais qui marche parfaitement et qui le place, donc, en tête des
jeux de poche dans ma grille d’évaluation personnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


six × = 36