Turbo Taxi

Type de jeu Connexion
Rapidité
Auteur Friedemann Friese
Editeur (année) Queen Games (2005)
Nombre de joueurs 2 – 4
Durée de partie 20 minutes environ
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – La tension extrême
des parties,
– La tête de l’auteur sur la boîte (c’est bête mais
j’adore ;-).
Les – – Le fait que ce jeu soit
réservé aux + rapides,
– Le thème moins convaincant que celui du jeu original.
Configuration idéale Indifférente
Note subjective 12
/ 20
Nombre de parties effectuées De 1 à 5
Illustrations Dessus de la boîte
(27 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Turbo Taxi n’est pas à proprement parler une nouveauté,
puisque c’est la réédition d’un jeu de l’auteur aux cheveux verts
qu’il avait préalablement sorti dans sa maison d’édition 2F Spiele
: FlickWerk. Et, pour un fois,
on n’a pas l’impression que l’éditeur ait voulu faire croire à
un nouveau jeu car il a repris la règle originale point par point, ne
la modifiant que sur un détail que nous expliciterons plus loin.
Dans ce jeu, chaque joueur dispose de 12 tuiles représentant des tronçons
de route, droits, courbes, croisements ou impasse. Un plateau central de 3 cases
par 3 recueillera les contraintes de liaisons à réaliser, celles-ci
différant à chaque tour de jeu (au nombre de 12). L’un des joueurs
commence par placer deux taxis jaunes et deux taxis noirs sur les bords du petit
plateau central, indiquant par là-même les demandes des clients
: une liaison devra relier les deux taxis jaunes, et une autre les deux taxis
noirs (une seule liaison reliant les 4 étant acceptée également).
Puis, ce même joueur place l’une des 12 tuiles médaillées
au dos, en plein centre du plateau : ce sera la tuile imposée pour chaque
joueur au centre de leur configuration. A partir de ce moment-là, chacun
essaie de réaliser le puzzle en respectant les contraintes du modèle
central. Le joueur qui y parvient le premier remporte la manche (il encaisse
la tuile médaillée). Il sera le premier joueur du tour suivant
(placement des 4 taxis et de la tuile centrale).

Turbo Taxi est clairement un jeu de rapidité
où seuls les joueurs les plus rapides tireront leur épingle du
jeu, ce qui constitue un indéniable défaut, surtout quand on voit
comment certains auteurs ont réussi à contourner ce problème
: lire la critique d’Ubongo pour comprendre
La seule différence avec le jeu FlickWerk
se situe au niveau du placement des taxis jaunes et noirs, puisque dans cette
version on se doit d’en placer au moins 2 sur les 4 sur les bords des cases
non centrales (dans le jeu de base, on les plaçait où on voulait).
Cette différence, plus que minime, ne change à mon avis rien du
tout au jeu, qui demeure toujours aussi tendu et difficile parfois. Le thème
a été changé, passant de l’élaboration d’un réseau
informatique à des liaisons de taxis, et pas forcément en mieux,
mais cela n’a que peu d’importance.
A choisir, je préfère la première mouture, plus facilement
transportable et au thème plus original, mais cette version est malgré
tout idéale pour les amateurs de jeux de rapidité…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 − huit =