Urland

Type de jeu Survie
Conquête
Auteur Doris Matthaus, Frank Nestel
Editeur (année) Doris & Frank Spiele (2001)
Nombre de joueurs 3 – 5
Durée de partie De 1,5 à 2 heures
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Configuration idéale Le plus de joueurs possible (5)
Note subjective 14 / 20 (première
impression)
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus de la boîte
(33 Ko)

Configuration du
plateau (103 Ko)
Aides de jeu Règles en français (130 Ko)
Aide-mémoire individuel (164 Ko)

Critique générale
Urland, créé par Doris & Frank, fait partie
de la famille des jeux basés sur la théorie de la survie et de
l’évolution originelle. Après Ursuppe,
les 2 imaginatifs auteurs récidivent avec un jeu plus léger, plus
hasardeux aussi, beaucoup plus soigné graphiquement (plateau) et très
attractif.

Le plateau représente
12 régions terrestres que chacune des espèces d’Ichtos issues
des 5 zones océaniques va tenter de prendre d’assaut, pour devenir vertébrés.
Ainsi, le jeu consiste à s’implanter judicieusement sur les régions
terrestres, pour être au moins à égalité, en aucun
cas en position minoritaire.
Afin de pimenter le jeu et coller au thème, trois mutations génétiques
auront lieu qui renforceront les capacités des espèces d’Ichtos,
et ce, de manière exclusive (un seul gène de chaque type). Un
habile système d’enchère est requis pour récupérer
les gènes mis à disposition : on parie à partir des Ichtos
présents dans sa réserve personnelle, mais on paie en retirant
autant d’Ichtos que misés du plateau… Il est facile de comprendre que
miser beaucoup, certes permettra de récolterv le gène de son choix,
mais occasionnera un retrait important de pièces du plateau.

La deuxième originalité
forte d’Urland concerne le tour de jeu : à chaque tour, 2 personnes ne
prennent pas part directement au jeu, mais l’une d’entre elles désigne
en secret le numéro de la région qui rapportera des points en
fin de tour. Ce système favorise bluff et prise de risque : où
faire débarquer ses Ichtos ? En quelle quantité, sachant qu’il
est impossible de retourner sciamment à la mer ?

Le jeu comporte enfin divers
événements qui bouleversent le bel équilibre qui se crée
progressivement : panique généralisée dans la région
la plus peuplée, éruption volcanique sur les 2 régions
non comptabilisées en fin d’époque, reproduction des Ichtos d’une
région, caractéristiques de gènes chaotiques telles que
l’assimilation ou la glande nauséabonde.

Bref, un jeu riche, difficile d’abord, mais prometteur
en deuxième ou troisième partie avec les mêmes joueurs.
Pour l’instant, en ce qui me concerne, dans le même type de jeu, je préfère
néanmoins Ursuppe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ huit = 16