Viva il Re !

Type de jeu Bluff
Objectif secret
Auteur Stefano Luperto
Editeur (année) Da Vinci (2003)
Nombre de joueurs 3 – 6
Durée de partie 30 minutes environ
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – Les splendides illustrations
du matériel de jeu,
– La fluidité déconcertante de la règle,
– L’économie de ses cartes « NON » et les problèmes
générés si plusieurs le font,
– Le fait de voter « OUI » non pour le roi mais pour un bon placement
général.
Les – – ? pour l’instant.
Configuration idéale ? pour l’instant
Note subjective 16
/ 20 (première impression)
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus de la boîte
(50 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Sans aller plus loin que la couverture de la boîte,
on ne peut qu’être séduit par la qualité exceptionnelle
des illsutrations. Le roi qui soulève sa couronne de pacotille avec un
sourire un peu niais est vraiment l’une des images qui m’aura marqué
durant ce dernier salon d’Essen. Da Vinci, l’éditeur de ce jeu, a accepté
de me faire confiance en m’offrant une boîte de ce jeu, mais, même
sans cette marque de partenariat, j’aurais acquis la magnifique petite boîte
bleutée.
Comme quoi, on peut avoir une bonne
opinion d’un jeu rien qu’en en admirant la boîte… 😉
Et l’inverse est aussi vrai : combien de jeux n’a-t-on pas testé en raison
d’une boîte peu attrayante ?

Ceci dit, revenons à
Viva il Re ! Le jeu simule l’accession au trône de l’un des prétendant,
qui devra recueillir l’unanimité des votes (ceux des joueurs). Mais,
chaque joueur doit essayer de placer 6 prétendants sur 13 le plus haut
possible dans la hiérarchie, ce qui génère d’inévitables
conflits d’intérêt et procure de grands moments de bluff, surtout
que si l’on peut voter « OUI » aussi souvent qu’on le souhaite, voter
« NON » nécessite d’utiliser l’une de ses précieuses cartes
de véto et on en a de 2 à 4 selon le nombre de joueurs.
Tout l’art est bien d’économiser ses « NON » lorsque l’on est
quasiment certain qu’un autre joueur opposera son véto, mais il faut
cependant être prudent, car, tout excès de zèle peut conduire
à ce qu’un roi que personne ne voulait soit élu !!!
Les points sont comptabilisés de manière simplissime : proportionnellement
au niveau atteint par chacun des 6 prétendants de notre carte remise
en début de manche. On doit donc, parfois, voter « OUI » pour
élire un roi qui ne nous intéresse guère, mais parce que
nos 6 prétendants sont fort bien placés… Sym
pathique.

Ah si, très important
: si l’un des prétendant proposé pour le trône n’est pas
élu, il est directement éliminé de la manche et ne rapportera
aucun point au(x) joueur(s) qui l’avait sur sa carte. Donc, il faut être
prudent avant de proposer quelqu’un au poste de roi.
Le jeu se jouant en 3 manches, celui qui aura amassé le plus de points
à ce moment-là sera désigné grand vainqueur.

Démentiellement accessible,
Viva il Re ! est un petit bijou de concentré ludique. Efficace, fluide
à l’extrême, ce jeu constitue vraiment un excellent divertissement
d’une trentaine de minutes. On ne se prend pas la tête, on peut tenter
des coups, on peut se gausser de ses adversaires, le tout en compagnie de dessins
très originaux et diablement réussis.
Une très bonne surprise et la confirmation qu’un jeu peut être
beau et bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


4 × = vingt huit