ZooSIM

Type de jeu Construction
Mise cachée
Auteur Corné Van Moorsel
Editeur (année) Cwali (2002)
Nombre de joueurs 2 – 4
Durée de partie Environ 45 minutes
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – La qualité du
matériel,
– L’imbrication enchères + construction,
– Le nombre de stratégies possibles pour gagner,
– Le renouvellement des parties.
Les – – La petitesse des cabanes
du zoo pour ranger ses pièces,
– L’impossibilité de remonter lorsque l’on est à la traîne.
Configuration idéale 4 joueurs
Note subjective 13 / 20
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Boîte vue de
côté (55 Ko)

Exemple de configuration
de zoo (46 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Zoo SIM est peut-être le jeu de cet automne 2002.
Sorti pour Essen, il regorge de qualités et d’attraits :
– Matériel superbe,
– Principe de construction (façon domino),
– Mise cachée et gestion de son argent,
– Thème riche et sympathique.

La boîte cylindrique qui renferme ce petit
jeu (45 minutes par partie) suscite l’envie de jouer, grâce à un
dessin pittoresque et un contenu des plus esthétiques : tuiles très
joliment dessinées (voir
un exemple
), porte de zo différente selon les joueurs, pièces
de monnaie en bois, pions visiteurs en bois très ressemblant, …
Restent à voir l’intérêt des mécanismes à
présent…

Sur ce point, nous ne sommes pas déçus.
En effet, chaque joueur incarne un directeur de zoo qui tente de s’approprier
les tuiles d’animaux les plus intéressantes et de les faire s’accorder
afin d’attirer le plus grand nombre de visiteurs, ce qui conduit à la
victoire. Pour acquérir des tuiles, chacun procède à une
mise cachée de pièces qui sont révélées en
même temps. Le joueur qui a misé le plus gagne la tuile et rend
ses pièces à la banque. En cas d’égalité, une originalité
de la règle prévoit de donner la tuile à la personne qui
n’a pas bénéficier de l’avantage de l’égalité depuis
le plus de temps.
Une fois remportée une tuile, le joueur doit la placer dans son zoo personnel,
en faisant concorder les chemins, et en essayant de créer des enclos
contenant des animaux du même type, afin d’augmenter la valeur globale
de cet enclos : si dans le même enclos vous avez un animal de valeur 3
et un autre du même type de valeur 1, vous avez un enclos de valeur 4,
alors que les deux mêmes tuiles dans deux enclos différents ne
se seraient pas additionnées, la plus forte tuile des 2 fournissant la
valeur du zoo pour le type d’animal en question (ici 3).
Les 2 joueurs qui ont les plus fortes valeurs dans un type d’animal bénéficient
de la venue de visiteurs dans leur zoo respectif. Des visiteurs se déplacent
également dans les 2 zoos où se trouvent le plus d’arbres et dans
chaque parcelle de zoos fermées par un chemin (ils ne peuvent pas s’y
perdre).
Le jeu se déroule en 5 manches lors desquelles 5 tuiles sont mises aux
enchères et, en fin de chacune, un décompte, sur le nombre de
visiteurs, progressivement plus élevé est opéré.
Le vainqueur est le joueur qui aura obtenu le plus de points de visite.

Avec un matériel de toute première
qualité, un système de jeu simple, rapide et convivial, un subtil
dosage des 2 mécanismes les plus en vogue actuellement (construction
+ enchères), Zoo SIM réussit le pari d’être très
agréable et intelligent. Les parties semblent se renouveler et les dessins
sont superbes.
Je vote pour Zoo SIM comme étant le meilleur jeu du salon d’Essen 2002.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 4 = null